Le préfet refuse le projet éolien Any-Martin-Rieux – Leuze – Martigny !

Une bonne nouvelle: le 30 août dernier, le préfet du département de l’Aisne, M. Ziad Khoury, a refusé le projet de CE Trois Rivières pour l’installation de 8 éoliennes sur le territoire des communes d’Any-Martin-Rieux, Leuze et Martigny !

Consultées sur ce projet, dix communes de la Thiérache axonaise et ardennaise ont émis un avis défavorable. Il s’agit de communes de Fligny, Buire, Auge, Leuze, La Neuville-aux-Joûtes, Signy-le-Petit, Saint-Michel, Eparcy, Watigny et Any-Martin-Rieux. La com-com d’Ardennes était également contre. Á Martigny, il n’y a pas eu d’avis. Bossus y était favorable.

Cigogne noire (photo: Jean-Loup Ridou)

Dans son arrêté, le préfect consacre un long chapitre à la Cigogne noire, une espèce rare qui se réproduit dans la forêt domaniale toute proche et dans les zones d’alimentation sont situées de l’autre côté du territoire convoité par le promoteur éolien. Les faibles effectifs régionaux de cette belle espèce d’échassier, la faible production de jeunes à l’envol, ainsi que la forte mortalité juvénile plaident également en faveur de la préservation de l’actuel environnement. D’autres enjeux écologiques, notamment du fait de présence des Milans noirs et royaux, du Traquet motteux (un passereau) ou de chauves-souris ont conduite, de la même manière, au refus. Pour cette raison, le promoteur du projet avait déjà réduit l’application de 14 à 8 turbines en second lieu – mais en vain.

L’arrêté du préfet nous donne un nouvel espoir vis-à-vis d’autres applications de projets actuellement en cours d’exécution dans la Thiérache. Après tout: la cigogne noire est également de plus en plus vue dans d’autres parties de la Thiérache. Nous avons récemment reçu un rapport d’un de nos membres, qui a repéré une cigogne noire à La Sablonnière (Jeantes) le 11 août.

Les maisons de vacances dans la Thiérache

Nous avons précédemment attiré l’attention dans nos circulaires et messages en ligne sur la présence dans la Thiérache de nombreux Néerlandais et Belges, qui ont une maison de vacances ou même y vivent en permanence.

L’installation prévue de grands parcs éoliens aura des effets économiques négatifs majeurs, non seulement pour les étrangers eux-mêmes mais aussi pour la région et ses habitants:

• baisse de valeur des maisons (des dizaines de pourcentages en plus de la baisse générale de 30% que les maisons ont déjà subie au cours des dix dernières années);
• les maisons sont à vendre pour une durée plus longue / risque d’inoccupation et même invendable;
• l’attractivité réduite de la région pour les étrangers à la recherche d’une résidence secondaire ou souhaitant rester ici;
• diminution des dépenses;
• diminution des recettes fiscales (taxe foncière; taxe d’habitation; taxe de séjour, etc.);
• diminution du nombre de visiteurs dans la région / diminution des nuitées touristiques et des loisirs (hôtel; airbnb; camping, etc.);
• pertes d’emplois.

Platform Thiérache souhaite attirer l’attention sur l’impact économique négatif des parcs éoliens sur les étrangers vivant dans la Thiérache.

L’association a donc demandé à ses membres néerlandais et belges d’écrire une histoire personnelle: pourquoi se sont-ils installés dans la Thiérache, pourquoi y ont-ils acheté une maison (de vacances), qu’est-ce que la région signifie pour eux et quelles menaces les éoliennes représentent-elles pour leur cadre de vie ?

Une dizaine de membres ont répondu à cette demande. Vous pouvez en savoir plus sur ce que nous faisons avec ces histoires plus loin dans ce bulletin.

Lisez deux histoires ici:

Le moment décisif

Ces dernières années, il y a eu une forte augmentation des parcs éoliens – ou des projets prévus – dans la région des Hauts-de-France (Nord-Pas-de-Calais et Picardie). Cela n’est pas surprenant : au début de ce siècle le gouvernement a désigné sept régions dont Picardie où l’énergie éolienne doit être développée.

Si se déroulent les projets Grand Cerisier de RES, Fache (de Ventelys) et Chemin du Chêne de Global Wind Power, nous parlons – sur une superficie de seulement 30 km2 – d’un immense parc éolien industriel de 49 éoliennes de la catégorie la plus lourde (180-200 mètres de haut). Quand ce parc est réalisé, il y a un autre danger. Les promoteurs du projets demandent de pouvoir « apporter » le projet à un stade ultérieur. Cela signifie qu’une fois qu’un projet a été accepté et construit, des éoliennes peuvent être ajoutées au parc existant –  sans avoir à démarrer une nouvelle étude. Une situation similaire aurait été effectuée à Montcornet où il y a actuellement plus de 250 turbines.

La résistance sociale à l’implantation de parcs éoliens dans la région se fait de plus en plus forte. L’administration de la région Hauts-de-France est également opposée aux nouveaux placements. Dans un communiqué de presse en début d’année, elle explique que les Hauts-de-France représentent pas moins d’un quart de toute l’énergie éolienne française. Les Hauts-de-France sont donc favorables à une répartition plus équilibrée, afin qu’aucun parc éolien ne soit plus implanté sur son territoire.

L’église fortifiée de Plomion

Notre terre de Thiérache et sa population n’ont cessé d’être martyrisées par les divers conflits de l’histoire. Nous avons un lourd passé que l’on ne peut oublier et qui reste ancré dans nos mémoires, nos cœurs et nos paysages. En ce qui concerne notre région, nous avons un patrimoine exceptionnel de pas moins de 65 églises fortifiées. L’église de Plomion classée monument historique fait actuellement l’objet d’une restauration en collaboration avec la mission patrimoine de Stéphane Bern. Nous avons la Vallée de la Brune qui mériterait de devenir un Parc Régional de par sa biodiversité, la beauté pittoresque des paysages. Si par malheur, ces projets se réalisent, la migration des oiseaux serait directement impactée, notamment celle des cigognes noires, des grues et des aigrettes, etc…

Les promoteurs, facilités par l’État et financé par de grandes sociétés d’investissement internationales, sont sur le point de dominer brutalement ce paysage vulnérable. Sous couvert d’une transition énergétique durable, les habitants simplement aient été écartés et la Thiérache deviendra un nouveau champ de bataille, cette fois pas marqué par des églises mais par des éoliennes industrielles d’une ampleur extraordinaire.

Alors, nous sommes arrivés au moment décisif de l’histoire de la Thiérache.

Un appel urgent au préfet: protégez la Thiérache !

L’association Platform Thiérache, en collaboration avec le collectif Agir Pour La Thiérache, a adressé une lettre avec un appel urgent au préfet du département de l’Aisne, M. Ziad Khoury, début juillet de cette année.

Cette lettre expose avec de nombreux arguments valables que le patrimoine et le paysage unique de la Thiérache ne doit pas être sacrifié aux parcs éoliens industriels. Il est également clair que de nombreux habitants (y compris les propriétaires étrangers de maisons de vacances) sont fermement opposés au placement prévu et ont le sentiment d’être à peine entendus ou connus dans le processus décisionnel.

Dans leur lettre au préfet, l’association Platform Thiérache et le collectif Agir Pour La Thiérache demandent à coopérer à la protection exclusive de la Thiérache, y compris en n’accordant pas de permis pour les parcs éoliens. Ils demandent une audience auprès de Monsieur Ziad Khoury.

Lisez la lettre complète ici:

Le jeudi 29 octobre, il y aura une réunion à Vervins avec la sous-préfète du département, Mme Sonia Hasni. Dans cet entretien, l’association et le collectif expliqueront plus en détail leur position et le vice-président néerlandais de Platform Thiérache remettra au sous-préfet dix lettres avec des histoires de propriétaires néerlandais et belges de maisons de vacances dans la Thiérache. Nous rendrons bien sûr compte de la conversation avec Mme. Hasni.

Vent de révolte contre les éoliennes

Notre combat avance à grand pas et nous vous informons que les députés européens se saisissent actuellement du scandale des éoliennes.

Le groupe Identité et Démocratie du Parlement européen vient de publier un formidable documentaire sur le sujet :

Le documentaire Vent de révolte contre les éoliennes (23:18 min.) présente plusieurs extraits de la manifestation du 30 Novembre 2019 à Laon et de la conférence avec Fabien Bougle à Liesse Notre Dame, ou nous étions présent. 

Nous vous invitons à le diffuser massivement autour de vous et sur les réseaux sociaux

La seconde vidéo ci-dessous de 2:27 min. extraite du documentaire, concerne un éleveur de bovins et producteur de lait, habitant à Mazinghien (59), situé entre Wassigny (02) et Le Bateau Cambresis :

https://youtu.be/RUWbf-2TeVo

N’hésitez pas à diffuser massivement cette vidéo. Il est grand temps de stopper ce massacre et de préserver notre santé avant qu’il soit trop tard.

N’oubliez pas, le 11 janvier entre 14h et 15h sera diffusé par France 2 un reportage sur la manifestation du 30 Novembre 2019 à Laon.

L’équipe Platform Thiérache

Local contre Global

Par ce présent message Association Platform Thiérache voulait vous informer d’une prochaine réunion publique organisée par le promoteur éolien Global Wind Power, qui se déroulera à la salle des fêtes d‘Harcigny le mardi 17 décembre 2019, de 16h à 20h (lettre d’information N°3 du promoteur).

Le projet comporte 6 éoliennes de 180 mètres de haut à bout de pale. Vous pouvez d’ores et déjà visiter le site internet de Global Wind Power en cliquant sur ce lien, vous aurez une idée approximative de l’implantation des éoliennes.

Par contre lors visionnage 3D, n’oubliez pas non plus de prendre en compte l’implantation des 43 autres éoliennes des deux autres promoteurs éoliens : 9 du projet Grand Cerisier, pour Renewable Energy Systems, et 34 du projet Fache pour Ventelys, et qui ne figurent pas lors du montage vidéo. Alors nous parlons bien d’un immense parc éolien d’environ 30 km2 avec un total de près de 50 machines industrielles – de la catégorie la plus grave.

Bien entendu nous serons présents, nous écouterons attentivement le promoteur sur l’avancée de leurs études sur le projet éolien Chemin du Chêne, et naturellement nous aurons quelques questions à poser et espérerons avoir des réponses franches et sans ambiguïtés.

Pour celles et ceux qui ne pourront pas se déplacer, si vous avez des questions à soumettre, nous serons vos porte-parole. N’hésitez pas à répondre à ce présent message, nous effectuerons une liste de questions / réponses.

Ensemble nous devons faire quelque chose. Nous ne pouvons pas laisser ça arriver !

Manifestation samedi 30 novembre à Laon

Chers membres,

En prévision de notre déplacement à la manifestation du 30 Novembre 2019, qui aura lieu dans un premier temps à 10 heures à LIESSE NOTRE DAME afin d’assister à une conférence avec Fabien Bougle, auteur du livre « Éoliennes – La face noire de la transition écologique ».
Nous nous rendrons ensuite pour 14 heures à LAON pour manifester.

Dans cette optique, l’association prendra en charge la collation du midi, c’est pourquoi il nous faudrait connaitre le nombre exact de participants parmi les membres.

Nous favoriserons le covoiturage qui s’effectuera en départ de PLOMION. Nous nous donnerons rendez-vous pour 08 heures 45 minutes devant la salle des fêtes de PLOMION, pour un départ à 9 heures 15 minutes.
La manifestation prendra fin aux alentours de 17 heures.

Pour cette journée, prévoir vos cartes de membres et vêtements chauds.

Bien vouloir nous répondre le plus vite rapidement possible même voie.

Venez nombreux, merci à tous,

Amicalement,

L’équipe PLATFORM THIERACHE

Platform Thiérache est une association !

Platform Thiérache a été renforcée avec de nouveaux membres actifs et est officiellement une association depuis le 14 octobre 2019. Cela signifie que nous continuons à lutter contre les éoliennes avec encore plus d’énergie et d’engagement. Une nouvelle circulaire, qui sera prochainement distribuée de porte à porte, en est le premier exemple.

Il est très important que notre association compte le plus grand nombre de membres possible. Ensemble nous sommes plus forts !

Visitez la page de l’Association Platform Thiérache sur notre site et s’inscrivez-vous.

Forte baisse de la valeur des maisons

La belle Thiérache a été découverte depuis les années 60 du 20ème siècle par des étrangers (principalement les Néerlandais et les Belges) qui y ont acheté une maison de vacances ou sont même allés y vivre en permanence.

Le remembrement des terres dans les années 70 a visiblement modifié le paysage. Par exemple, les bocages caractéristiques qui délimitent les parcelles ont disparu presque partout.

Un autre changement majeur dans les décennies qui ont suivi a été celui de l’industrialisation de l’agriculture et de l’élevage. Néanmoins, la Thiérache a assez bien passé ces transformations. Maintenant, un autre changement radical l’attend : les parcs éoliens qui donneront le coup de grâce au paysage vulnérable. Pour de nombreux Français – et pour les étrangers qui se sont établis dans la Thiérache pour la nature, le calme et l’authenticité de la simple vie à la campagne française – c’est un véritable spectre.

Si les parcs sont effectivement réalisés, les propriétaires étrangers de maisons de vacances en subiront les conséquences.

Les enquêtes menées auprès d’agents immobiliers français et néerlandais opérant dans la Thiérache révèlent que les maisons de la Thiérache ont perdue de 30% de leur valeur depuis 2010. La présence ou l’installation prévue d’éoliennes peut réduire encore plus la valeur – parfois jusqu’à 40-50%. Dans certains cas, la maison devient même invendable.
Nous recevons déjà des informations selon lesquelles les propriétaires ne vendent pas leur maison de vacances. la première question posée est de savoir s’il existe ou qu’il y aura des éoliennes dans la région. Dans ce cas, de nombreuses personnes sont tout simplement désabusées.
Pour ceux qui veulent ou doivent vendre leur maison à ce moment ou dans quelques années, c’est une mauvaise nouvelle.

Les éoliennes seront également désastreuses pour le tourisme

En raison de l’émergence récente de phénomènes tels que Airbnb et Homeaway, les propriétaires ont également découvert que la location temporaire de leur maison (de vacances) constituait un revenu supplémentaire bienvenu. Des cours de vacances sont également organisés, parfois en combinaison avec la location de la propre maison. Si cela se trouve au milieu d’un parc éolien, les visiteurs resteront chez eux.

Cependant, des dommages économiques considérables sont également à prévoir pour les gîtes et les chambres d’hôtes. On pourrait en effet imaginer qu’avec l’arrivée des éoliennes, la Thiérache veut demeurer un pôle attractif pour les touristes. les propriétaires étrangers de maisons de vacances finiront également par quitter la Thiérache – sans en remplacer de nouveaux …

Nuisances du fait des énormes travaux

L’installation d’éoliennes nécessite aussi une modification importante des infrastructures dans le voisinage. Il faut en effet d’énormes fondations en béton pour supporter ces lourdes turbines. Tout ceci entraine des nuisances du fait des énormes travaux dans les villages et aux alentours durant une longue période de travaux, plus de 1 à 2 ans au total.

Pour avoir une idée précise de ce qu’il faut pour installer une éolienne de 180 mètres de haut, nous citons le fichier RES du Grand Cerisier (Coingt, Nampcelles-la-Cour, Dagny-Lambercy):

Génie Civil
Béton : 55 camions toupie par fondation.
Ferraillage et coffrage : 2 poids lourds par machine,
1 convoi exceptionnel (grue)
Plateforme : 60 camions benne par machine
Chemins d’accès : 15 camions benne par 100 m de piste à créer.

Lot électrique
Câbles : 4 poids lourds par machine
Structure de livraison : 2 convois exceptionnels par structure de livraison, 1 convoi exceptionnel (grue).

Lot turbine
Turbines : 10 convois exceptionnels par machine, 2 poids lourds par machine.
Dans le cas de base du mat en béton, 10 à 40 convois exceptionnels sont nécessaires pour le transport des tronçons de mât
Levage : 2 convois exceptionnels (grue principale et auxiliaire), 15 poids lourds (flèche et outillage).

Les énormes travaux ce sont une attaque directe sur le cadre de vie des habitants. Et pour les propriétaires de maisons de vacances et des gîtes et chambres d’hôtes, sans aucun doute également sur leurs portefeuilles, parce que leur maison ou leur gîte est alors difficile ou impossible à louer.

Nouveau projet ‘Fache’: grand parc éolien avec 34 turbines

Le promoteur du projet, Ventelys, a récemment annoncé le projet d’installation d’un parc éolien comportant pas moins de 34 éoliennes en 2021 sur le territoire des communes de Vigneux-Hocquet, Renneval, Vincy-Reuil-et-Magny, Nampcelles-la-Cour et Dagny-Lambercy.

Déjà en 2017, les premiers contacts avaient été pris avec les maires et l’été dernier, l’Etude de l’impact avait été soumis à l’approbation de la préfecture du département Aisne. Au cours des dernières semaines, Ventelys a organisé une tournée de promotion dans les communes concernées. La dernière présentation aura lieu le vendredi 27 septembre à la Mairie de Nampcelles-la-Cour (de 9h00 à 13h00).

Le projet est divisé en quatre zones: Haudicourts (indiqué en jaune sur la carte) avec 13 éoliennes, Meiller (blanc) avec 6 éoliennes, Cerisier (bleu) avec 7 éoliennes et Valiette (rose) avec 8. Les éoliennes qui devraient être placées sont de la plus lourde catégorie, avec une hauteur de 180 à 200 m.

Pour de nombreux habitants des communes concernées, ce projet est totalement inattendu. Là aussi, les maires impliqués ont ouvert leurs portes pour une enquête (et donc pour un placement) – sans informer et consulter préalablement les résidents.

Nous invitons les habitants en difficulté ou opposés, au placement, à la réunion de présentation de Ventelys à la mairie de Nampcelles-la-Cour, le vendredi 27 septembre et à faire part de leurs préoccupations et de leurs protestations au promoteur du projet ainsi qu’au maire.

La Plate-forme Thiérache suivra ce projet d’un oeil critique.

Platform Thiérache devient une association !

Pour devenir plus décisif et toucher le plus grand nombre possible de habitants, Platform Thiérache se transformera bientôt d’un collectif en une association. Dans le domaine juridique en particulier, cela peut porter ses fruits à l’avenir. Nous souhaitons recueillir le plus grand nombre possible de signatures de protestation par le biais d’une campagne de pétition et les soumettre au préfet du département de l’Aisne. Au final, c’est lui qui decide du placement ou non des éoliennes. 

Si le préfet – malgré tout – ignore nos votes contre et accepte le placement, l’ordonnance relative à la construction sera officiellement annoncée publiquement dans toutes les communes concernées. C’est aussi le moment où les habitants, qui vont immédiatement regarder les éoliennes et qui s’inquiètent de leurs effets, peuvent soulever des objections par lettre recommandée. Le préfet est obligé de répondre à l’objection dans un délai de deux mois. Platform Thiérache organisera, si nécessaire, une action de groupe juridique à laquelle les résidents pourront s’associer.

Il sera primordial de se mobiliser lors de l’enquete public !

Envoyez-nous un email et inscrivez-vous en tant que membre de notre association. Ensemble nous sommes plus forts !

Dernières informations sur trois projets éoliens

Nous avons des informations sur trois projets: Vallée du Ton (Martigny, Leuze, Tout-Martin-Rieux-Rieux), Grand Cerisier (Coingt, Nampcelles-la-Cour, Dagny-Lambercy) et Chemin du Chêne (Harcigny, Plomion).

VALLÉE DU TON
Martigny, Leuze, Any-Martin-Rieux

Du 18 avril au 18 mai 2019, une enquête publique aura lieu à Martigny, Any-Martin-Rieux et Leuze concernant le projet Vallée du Ton.

Le projet Vallée du Ton de la société CE Trois Rivières consiste à construire un parc éolien comprenant 14 aérogénérateurs et 4 postes de livraison, sur le territoire des communes de Martigny, Leuze et Any-Martin-Rieux. Le site occupera une surface de 3,5 hectares. Les éoliennes mesurent 150 mètres de hauteur en bout de pale (93 mètres au moyeu) et peuvent développer une puissance unitaire de 3,4 mégawatts (MW).


Le projet se situe à 515 mètres de l’habitation la plus proche. Le secteur de projet est marqué par la présence de parcs éoliens au sud et au nord de la route départementale 1043.

Une évaluation des risques de saturation visuelle démontre que le projet n’est pas de nature à augmenter significativement cette problématique. Les enjeux principaux concernent la Cigogne noire, le Milan royal, le Milan noir, le Traquet motteux, les chiroptères et le bruit. L’étude d’impact doit être reprise pour démontrer l’absence d’impact sur la Cigogne noire et son habitat, espèce protégée en danger critique d’extinction ; à défaut le projet doit être revu pour garantir cet évitement.

L’autorité environnementale émet les observations suivantes :
« L’étude du risque de collision de la Cigogne noire montre que sur les 9 jours prospectés en juin (dont 8 jours du 1er au 10 juin plus le 30/06), en période post-nuptiale et de gagnage, 5 cigognes noires ont été vues sur 4 jours et sont passées à moins d’un kilomètre, voir quelques dizaines de mètres de l’implantation potentielle d’une des éoliennes du parc en projet. Contrairement à ce qu’affirme l’étude, et pour cette espèce protégée en danger critique d’extinction, ces quelques observations démontrent une utilisation non négligeable de la zone du projet. Les zones d’alimentation pour cette espèce varient d’une année sur l’autre en fonction des conditions climatiques et il est donc essentiel de préserver un habitat favorable à cette espèce sans éléments perturbateurs, comme le sont les éoliennes, dans un rayon d’une dizaine de kilomètres autour de la ZPS (rayon estimé issu des bases de données naturalistes tel que Clicnat2). Il n’est donc pas exact que le projet n’est pas susceptible d’entraîner l’altération des cycles biologiques et de la dynamique des populations de cet oiseau. Dès lors, le projet doit rechercher l’évitement de tout impact sur cette espèce et, à défaut, solliciter une dérogation à la destruction d’espèces protégées conformément au code de l’environnement. À noter également les enjeux de préservations des autres espèces protégées, notamment le Milan royal et le Milan noir. L’autorité environnementale recommande de démontrer que le projet permet d’éviter les impacts sur la Cigogne noire et son habitat, ou à défaut de revoir le projet. »

Platform Thiérache aimerait à entrer en contact avec des habitants de Martigny, Leuze et / ou Any-Martin-Rieux, qui suivent ce projet d’un oeil critique.

GRAND CERISIER
Coingt, Nampcelles-la-Cour,
Dagny-Lambercy

L’étude d’impact sur l’installation prévue de 9 éoliennes du projet Grand Cerisier avait déjà été finalisée et publiée en 2018 par RES, le promoteur anglais. Selon RES, l’enquête publique se fera désormais entre juin et septembre de cette année. Cependant, nous n’avons pas encore vu d’annonce officielle.

Fin 2017, la Plate-forme Thiérache a distribué une circulaire informant les habitants des conséquences négatives d’un éventuel placement. En préparation de l’enquête publique, nous avons maintenant compilé une deuxième circulaire.

Fotomontage JEANTES – D747 – Route de COINGT

Dans la circulaire, nous examinons plus en détail le modèle de rentabilité du promoteur de projet, le risque de coûts de démantèlement pour les propriétaires du terrain, ainsi que la note à court terme pour les résidents : les nuisances sonores, une dégradation de l’horizon, une pollution lumineuse, des problèmes de santé (infrasons, effets stroboscopiques…) et une diminution de la valeur immobilière de leurs habitations.

Nous expliquons également qu’après 15 à 20 ans, les éoliennes ne seront plus rentables sans subventions. Si le promoteur fait défaillance et disparaît, comme malheureusement on le prévoit pour un certain nombre d’entre eux, l’intégralité du coût de démantèlement des éoliennes sera à la charge des propriétaires…et de ses enfants… car alors, il faudra débourser de 650 000 à 850 000 € par éolienne… pour garder leurs terrains ! Qui a tant d’argent ? Pour les propriétaires, mais surtout pour les résidents, il ne restera que la vue d’un parc éolien abandonné…

Par ailleurs, nous lançons une pétition contre l’implantation des éoliennes. En tant que participant potentiel à l’enquête les résidents peuvent signer, affranchir et poster la pétition. Plate-forme Thiérache remettra les pétitions signées au préfet du département de l’Aisne, monsieur Nicolas Basselier.

CHEMIN DU CHÊNE
Plomion, Harcigny

Depuis, de nombreux habitants ont pu observer un mât de mesures placé près d’Harcigny au début de cette année. Au même moment, les résidents de Plomion, Harcigny et ses environs ont reçu une brochure sur le projet d’éolienne Chemin du Chêne. La zone d’étude d’impact est située au nord d’Harcigny et de Plomion (en rouge sur la carte ci-dessous).

Global Wind Power, un promoteur danois, a demandé et obtenu l’autorisation des maires de Plomion et d’Harcigny de faire une étude d’impact. Sans l’autorisation du maire, aucune étude préalable ne peut être effectuée.

Platform Thiérache aimerait à entrer en contact avec des habitants d’Harcigny, Plomion et leurs environs qui suivent ce projet d’un oeil critique.



Les montages photographiques sont prêts !

Au début de cette année, les résultats de l’Étude d’Impact concernant l’installation prévue de neuf éoliennes sur le territoire de Coingt, Nampcelles-la-Cour et Dagny-Lambercy, ont été publiés par RES, le promoteur d’éoliennes. La Plate-forme Thiérache s’oppose à la mise en place des éoliennes et à la représentation déformée des résultats de l’Étude d’Impact par RES. Au moyen de nos propres montages photographiques nous voulons montrer au préfet du département que neuf éoliennes industrielles de 180 mètres de haut n’appartiennent pas à un paysage aussi petit et vulnérable que celui de la Thiérache.

Grâce à un grand nombre de dons généreux, notre action a été un grand succès et nous avons collecté suffisamment d’argent de réaliser les montages photographiques. Un grand merci à tous qui ont donné!

L’Étude d’Impact de RES et ses brochures promotionnelles donnent une impression favorable du futur parc éolien “Grand Cerisier” : les éoliennes sont toujours éloignées ou à peine visibles dans le paysage. Pour obtenir une image réaliste, nous avons demandé à un professionnel de réaliser des montages photographiques à partir de 24 lieux différents à Coingt, Nampcelles-la-Cour et Dagny-Lambercy. La hauteur et la position des éoliennes ont été décrites avec une grande précision.

Via le lien ci-dessous vous pouvez regarder tous les lieux et voir ce que “Grand Cerisier” signifiera réellement pour votre environnement de vie immédiat.

Montages photographiques Grand Cerisier_Plate-forme Thierache

Date d’enquête publique non encore connue

On s’attendait à ce que, cette année, en 2018, une enquête publique soit organisée au cours de laquelle les habitants des 18 villages concernés pourraient donner leur avis. Les résultats de l’Étude d’Impact de RES et le résultat de l’enquête seront soumis au préfet du département de l’Aisne. Au final, c’est le préfet qui décide du placement ou non des éoliennes. Aussitôt qu’est fixée la date de l’enquête, nous vous le ferons savoir.

Anticipant l’enquête, une deuxième circulaire sera distribuée par Plate-forme Thierache avec de nouvelles informations générales sur le projet « Grand Cerisier » et la manière dont nous nous y opposerons.

Faites un don de 12,50 € et recevez notre Calendrier 2019

Le célèbre photographe animalier Jean-Loup Ridou, qui vit dans notre région, a sélectionné 12 de ses plus belles photos d’oiseaux pour les mettre gracieusement à notre disposition et valoriser ce calendrier de la plus belle des façons. Le produit de la vente de ce calendrier bénéficiera aux associations locales qui s’opposent à l’implantation d’éoliennes sur notre Thiérache. Un beau cadeau pour vous-même ou pour surprendre quelqu’un d’autre !

MERCI pour votre participation. Les frais de port sont inclus dans le montant de 12,50 €. Envoyez-nous un email avec votre nom et votre adresse, nous vous enverrons le calendrier rapidement.

Cliquez ici pour voir le calendrier (30 x 21 cm) :
Calendrier_2019_Stop Eolien Thierache

Cliquez ici pour commander un calendrier ou faire un don.

Sauvons la Thiérache – soutenez-nous !

Récemment, les résultats de l’Étude d’Impact concernant le placement prévu de neuf éoliennes sur le territoire de Coingt, Nampcelles-la-Cour et Dagny-Lambercy, ont été publiés par le promoteur d’éoliennes RES !
La Plate-forme Thiérache s’oppose au placement et à la représentation déformée de l’Étude d’Impact de RES. Au moyen de nos propres montages photographiques, par exemple, nous voulons montrer au préfet du département que neuf éoliennes industrielles de 180 mètres de haut n’appartiennent pas à un paysage aussi petit et vulnérable que celui de la Thiérache.
Pour réaliser ces montages photographiques, nous avons besoin de votre soutien.

L’étude de RES est très étendue et comprend au total pas moins de 1.321 pages, dans lesquelles tous les aspects ont été précisement inventoriés : la flore et la faune, le paysage, le patrimoine, le son, les lieux, le processus de construction, même les contrats avec les noms des propriétaires du terrain sont inclus. L’étude se compose de quatre dossiers techniques très détaillés et d’un bref résumé non technique, dossier n ° 5 (02-RES-LeGrandCerisier-5-NotePresentationNonTechnique). Via le lien ci-dessous, vous pouvez lire l’étude en ligne et le télécharger si nécessaire :

DOSSIER ICI

Des défis sérieux

La recherche montre que RES se heurte à des défis sérieux : le paysage rural, les églises fortifiées  (en particulier celle de Jeantes) et la faune menacée, en particulier les oiseaux nicheurs et migrateurs vulnérables. Pour les contourner, trois variantes moins favorables sont présentées. Dans l’un il y a même 15 éoliennes. Pour conserver le paysage, le patrimoine (en particulier l’église de Jeantes) et la faune, RES opte pour la quatrième variante avec « seulement » 9 turbines. C’est un exemple raffiné d’encadrement : RES promeut le placement de neuf turbines industrielles de 180 mètres de haut – qui n’appartiennent pas réellement à un paysage aussi petit et vulnérable que celui de la Thiérache – d’une manière acceptable. Cette technique de marketing est illustrée par des montages saisissants. Dans ces images ci-dessous, nous voyons au sommet la variante la « moins favorable » – avec 15 turbines dont 6 turbines au milieu du centre du village de Jeantes – et en bas la quatrième variante – la « plus favorable » avec 9 turbines.

Outre le fait que nous pensons que les éoliennes ne sont pas souhaitables, la proposition finale de RES semble maintenant assez confuse avec 9 éoliennes qui se trouvent à une distance de 6 km l’une de l’autre. De ce point de vue, l’approbation du projet Grand Cerisier pourrait apporter une nouvelle preuve d’une politique d’implantation incontrôlée : « C’est possible, alors on le fait ».

Des conclusions choquantes

Quiconque a une bonne compréhension des résultats de l’étude en arrivera bientôt à des conclusions choquantes. Les turbines sont prévues au cœur de la Thiérache, à l’un des points les plus élevés (200-220 m) , et seront donc visibles jusqu’à 25 km dans une zone bien plus étendue – non seulement pendant la journée mais aussi pendant la nuit. La carte ci-dessous le montre bien : dans les zones de couleur jaune, une éolienne (située dans la zone de couleur orange) peut être visible sur plus des deux tiers de sa hauteur totale.

Les turbines sont situées à proximité immédiate des anciens villages, à moins de 700 mètres des habitations. Ils sont situés aux habitats des espèces d’oiseaux menacées et ils flanquent un itinéraire de migration des oiseaux. Selon l’Étude, la forêt de la Haye d’Aubenton, adjacente à Coingt, constitue une zone de nidification de la cigogne noire (vulnérable et menacée).

Derrière cette étude de RES se trouve qu’un objectif: un gain financier important – sous couvert de développement durable d’énergie et au détriment du paysage unique, de la faune et du patrimoine historique de la Thiérache et de la qualité de vie et de résidence de tous leur habitants.

RES montage photographique: Coingt, Grande Rue

Notre réaction

La Plate-forme Thiérache s’oppose à cette image déformée de la situation dans l’étude de RES. Au moyen de nos propres montages photographiques, par exemple, très prochainement nous voulons organiser une réunion et montrer aux résidents une image plus réalistes. Les montages photographiques montreront, avec des projections et perspectives différenciées, l’impact énorme des éoliennes sur les communes de Dagny-Lambercy, Nampcelles-la-Cour, Harcigny, Plomion, Bancigny, Jeantes et Coignt. Finalement, les montages photographiques seront présentés à Nicolas Basselier, préfet du département de l’Aisne. Les montages peuvent également être utiles plus tard dans une procédure juridique.

Soutenez-nous !

Pour réaliser les montages photographiques, nous avons besoin de votre soutien. Les coûts sont de 2 500 €. Vous pouvez nous aider en faisant un don. Pour 100 € vous deviendrez un Ami Spécial de Plate-Forme Thiérache. En contrepartie de votre don vous recevez une photographie du thiérachien Jean-Loup Ridou, le célèbre photographe animalier. La photographie sera signée exclusivement pour vous par lui-même.

Vous pouvez bien sûr aussi donner un montant plus petit (ou plus grand). Faites un don maintenant et aidez-nous à garder la Thiérache – sans éoliennes !

Cliquez ici pour voir les photographies de Jean-Loup Ridou.
Cliquez ici pour faire un don.

Qui profite des éoliennes et qui paiera le compte au final ?

Le promoteur RES – qui prévoit d’installer 9 éoliennes à Coingt, Nampcelles-la-Cour et Dagny-Lambercy –organisera prochainement une réunion d’information en les Mairies des trois communes: le 18 avril à Dagny-Lambercy, le 23 mai à Nampcelles-la-Cour et le 13 juin à Coingt. Le promoteur donnera sans aucun doute une image positive du projet – après tout, le compte sera presenté à autre personne.

L’énergie éolienne est loin d’être rentable sans subventions, et c’est pourquoi la plus grande partie des coûts nécessaires sera financée par l’argent des contribuables. À l’issue du bail de 15 ans les éoliennes industrielles commencent à vieillir et surtout elles ne sont plus rentables, car le contrat qui oblige EDF (Électricité de France) à acheter leur électricité 2 à 2,5 fois le prix normal du kilowattheure sera caduc dans 15 ans.

RES, un promoteur anglais, est le quatrième acteur du secteur d’éoliennes en France. Le bénéfice net pour RES serait ramené à presque 3 millions d’euros par éolienne pendant 15 ans.

Les revenus locatifs par éolienne pour le propriétaire du terrain sont 4 500 € par turbine par an. En 15 ans, cela représente un montant de 67 500 €. Mais il peut y avoir des inconvénients. Le promoteur loue le terrain. À l’issue du bail de 15 ans, l’éolienne n’est plus rentable, donc le promoteur peut, soit ne pas renouveler le bail et s’en aller, soit mettre en faillite sa filiale du parc éolien. La responsabilité du démantèlement de chaque éolienne revient donc à la charge du propriétaire du terrain où elle se trouve. Le démantèlement d’une éolienne de 180 m de haut et 3Mwh coûte, à ce jour, environ 600.000 €. [ Lisez aussi l’article « Pourquoi les promoteurs éoliens louent-ils la terre au lieu de l’acheter ? » du 21 janvier dans ce blog ]

Et les habitants de Coingt, Nampcelles-la-Cour et Dagny-Lambercy?

Les trois municipalités reçoivent une indemnité annuelle de 40 000 € de RES, partagé entre les communes en fonction du nombre d’éoliennes. Par ailleurs RES subventionne les trois Communeautés concernées, par commune une indemnité annuelle de 5 000 € (estimation approximative), ce qui correspond à 150 € par habitant. Comparé à l’énorme bénéfice pour RES, pour les 350 habitants c’est bien sûr une somme dérisoire. Surtout quand nous considérons que les éoliennes sont financées par l’argent des contribuables.

Le prix réel du compte à payer par les habitants est bien sûr les nuisances sonores, une dégradation de l’horizon, une pollution lumineuse, des problèmes de santé et une diminution de la valeur immobilière de leurs habitations.

N’oubliez pas de partager la pétition dans votre réseau, nous avons besoin de beaucoup plus de signatures !