La commission CDNPS viens de rendre à la préfecture un avis défavorable sur les quatre parcs du projet FACHE

Je fais un point de situation sur le projet FACHE qui concerne les parcs de Haudicourts, Meiller, Cerisier et Vallettes soit 30 éoliennes de 6 MW. Ces parcs ont été prorogés au 19 février 2023 par les arrêtés suivants :

Valiettes, prorogée au 19 février 2023 arrêté préfectoral du 10/08/2022 N° IC/2022/155
Cerisier, prorogée au 19 février 2023 arrêté préfectoral du 10/08/2022 N° IC/2022/156
Meiller, prorogée au 19 février 2023 arrêté préfectoral du 10/08/2022 N° IC/2022/157
Haudicourts, prorogée au 19 février 2023 arrêté préfectoral du 10/08/2022 N° IC/2022/158

Ces arrêtés ont été pris à la demande du Préfet pour permettre à la Commission Départementale de la Nature, des Paysages et des Sites (CDNPS) d’étudier ce dossier en collaboration avec la DREAL des Hauts-de-France afin de donner son avis sur ce projet.

Myotis daubentonii

La commission CDNPS viens de rendre à la préfecture un avis défavorable sur les quatre parcs du projet FACHE. Le préfet doit maintenant prendre la décision d’accorder ou de refuser le permis d’exploiter de ces parcs.

Sachant néanmoins que généralement l’autorité administrative va dans le sens de l’avis de la CDNPS.

C’est une décision très encourageante mais qui ne clôture pas pour autant le dossier car, dans l’hypothèse d’un refus des parcs par le préfet, les promoteurs ont la possibilité de contester cette décision en cours administrative d’appel de Douai.

On ne lâche rien !

Jean-Hugues Pointier
président Platform Thiérache

Les étrangers envoient un appel pressant aux présidents des Communautés

Le 23 septembre 2022, l’association Platform Thiérache a adressé un appel pressant aux présidents des quatre Communautés en Thiérache. Au nom des résidents étrangers en Thiérache elle exprime une grande inquiétude quant à l’installation prévue de parcs éoliens industriels et explique quelles en seront les conséquences négatives pour l’économie de la région. Vous trouverez ci-dessous la lettre aux présidents des communautés.

Objet : Lettre des résidents étrangers de Thiérache à

Mr Olivier Cambraye, Président du Pays de Thiérache
Copie :
Mr Jean-Jacques Thomas, Président de la Communauté de Communes des Trois Rivières
Mr Jean-François Pagnon, Président de la Communauté de Communes des Portes de la Thiérache 
Mr Hugues Cochet, Président de la Communauté de Communes Thiérache Sambre et Oise


Monsieur le président,

Nous souhaitons attirer votre attention sur la présence en Thiérache de nombreux Néerlandais et Belges, qui disposent d’une maison de vacances, certains résident à l’année et ont élus domicile. 

L’installation prévue de grands parcs éoliens impact fortement l’environnement et le bien-être de tous les habitants qui s’inquiètent également pour leur santé.

Si ces projets industrielles devaient être réalisés cela remettrait en cause, à nos yeux, toute l’attractivité de la Thiérache avec des conséquences économiques néfastes, le déclin des villages et la désespérance des habitants.

Au nom de tous les propriétaires de maisons de vacances en Thiérache, nous vous demandons  instamment d’agir pour sauvegarder, protéger, défendre notre cadre de vie et l’intégrité de notre propriété, de préserver notre santé et notre sécurité. Nous considérons que c’est un trouble incompatible avec la recherche de sérénité, de calme, de beauté qui a motivé notre présence dans un territoire authentique encore préservé.

Nous attirons votre attention sur l’article 8 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme qui stipule que toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance. Cet article protège les citoyens contre l’ingérence des autorités nationales et des collectivités locales / territoriales, et les oblige à prendre des mesures qui protègent les citoyens. 

Par exemple, contre les nuisances visuelles et sonores et les atteintes au cadre de vie direct par des éoliennes industrielles.

Nous sommes stupéfait que lors des dernières  commissions d’enquête sur les projets éoliens les commissaires enquêteurs aient rejetés les nombreuses observations de la communauté des résidents étrangers de Thiérache, ils ont notamment minimisés la contribution des propriétaires belges et néerlandais et son impact sur l’économie locale.

En effet, lorsqu’un étranger s’installe en Thiérache, il contribue à l’économie locale par l’achat de la maison puis la rénovation partielle ou complète, généralement réalisée par des artisans de la commune ou des environs. Une fois établi, il contribue à la vie des villages et dynamise l’économie locale.

Maison « fondue »

Chaque foyer dépense une somme d’environ 10 000 € chaque année pour lui-même et ses invités en taxes et impôts, assurances, rénovations et entretien des maisons et jardins, alimentaire, loisirs et culture etc.  

A titre d’exemple, nous avons fait un simple calcul financier qui réfute la conclusion des commissions d’enquête. 

Dans une petite commune de Jeantes (95 ménages), près de 30% des logements sont des résidences secondaires. Si l’on multiplie ce nombre (de 28 ménages) par une moyenne de 10 000 euros par an de taxes et de dépenses engagées localement, nous parlons ici, dans cette seule commune, d’un investissement annuel d’environ 280 000 euros !

Selon les chiffres 2019 de l’Institut français de la statistique (INSEE), dans le département de l’Aisne les résidences secondaires représentent plus de 8 000 logements dont une part importante en Thiérache. 

Pour le total des communes du Pays de Thiérache, cela signifie que l’ensemble des dépenses des résidents étrangers se chiffrent en millions d’euros et en dizaine de millions d’euros pour le département de l’Aisne.

La dénaturation des paysages entrainerait et une forte dégradation de l’image « Thiérache pays nature », une baisse de l’attrait touristique, des projets d’installation de « néoruraux » en quette de territoire attrayant et une forte baisse des résidents ou futurs résident étrangers.

Avec l’annonce de ces projets, les conséquences sont déjà perceptibles sur l’immobilier résidentiel avec une baisse substantielle de la valeur des maisons qui se cumule à un marché déjà déprimé depuis les dix dernières années ?

Cette perte d’attractivité de la Thiérache pour les étrangers résidents,  pour le tourisme en général entrainera l’inoccupation, la cession des maisons et parfois l’abandon de biens devenus invendables.

La diminution du nombre de visiteurs dans la région, la diminution des nuitées touristiques et des loisirs (hôtel; airbnb; camping, etc.) ne peut qu’affaiblir une économie locale déjà fortement déprimée.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, nos sincères salutations

Mart. Warmerdam, vice-président de Platform Thiérache
Coingt / Haarlem, Pays-Bas

Ellen Geerts, membre de Platform Thiérache
La Sablonnière / Oisterwijk, Pays-Bas

Joris Vangheluwe, membre de Platform Thiérache
La Sablonnière / Belgique


La Fédération Stop Éoliennes Hauts-de-France s’insurge contre le projet de loi sur l’accélération des énergies renouvelables

Notre gouvernement, paniqué par la crise énergétique, a récemment déposé un projet de loi destiné à accélérer les énergies renouvelables, en se focalisant sur l’éolien et le photovoltaïque. Les éoliennes occupent désormais 6 % du territoire des Hauts-de-France et représentent 30% de la production éolienne nationale installée. Les territoires de notre région sont défigurés et sur saturés d’éoliennes. C’est pourquoi la Fédération Stop Éoliennes Hauts-de-France manifeste son inquiétude et sa colère à ce projet de loi dans un communiqué de presse publié la semaine dernière. 

En effet, ce projet de loi prévoit notamment :

L’accélération des procédures : pendant 4 ans, les projets de moins de 20 machines pourraient être admis sans avoir fait l’objet d’une évaluation environnementale. Or cet examen est l’un des piliers de notre politique écologique. Ce projet va contre la volonté du gouvernement de “mieux écouter les territoires”. En fait on les fait taire !

La facilitation du déboisement pour faire place aux éoliennes et aux panneaux photovoltaïques. On détruirait des forêts !

La priorité au projet éolien sur la protection des espèces protégées, telles les chauves-souris. On sacrifie la biodiversité au nom de l’urgence !

L’amélioration du financement et de l’attractivité : cette loi permet en fait de corrompre les riverains et les communes concernées. L’argent permet de mieux faire passer les nuisances. On achète l’acceptabilité et le silence !

Enfin, l’exposé des motifs assure que ces mesures agressives sont nécessaires pour rattraper notre soi-disant “retard”. On trompe la population !
Si le dégagement de carbone est l’ennemi principal, ce n’est pas d’énergies “renouvelables” dont nous avons besoin, mais d’énergies “sans carbone”, y compris le nucléaire.
A ce titre la France est aujourd’hui le pays de l’union européenne dont la production électrique est la moins carbonée. Nous ne sommes pas en retard, mais en avance !

Ce projet de loi vise à pallier, à tout prix et dans la précipitation, les problèmes d’approvisionnement d’électricité que l’on a durablement laissés s’installer.
– L’énergie renouvelable intermittente est une fausse solution : on ne sait pas stocker l’électricité. Augmenter les renouvelables intermittents c’est renforcer le recours de la France aux centrales à gaz et à charbon. Nous faisons fausse route !
– L’usage du vent n’est pas gratuit : rappelons qu’en 20 ans, notre pays a englouti plus de 125 milliards dans les énergies “dites renouvelables” pour aboutir à la production de moins de 8% de notre électricité (données RTE) : les dépenses nécessaires à la mise en application de cette loi, qui pèseront sur le contribuable, sont vaines, inefficaces et sans avenir !

La Fédération demande :
Une mise en cohérence des objectifs affichés
Elle note les contradictions entre le projet de loi et les cartographies établies avec les lois sur la biodiversité et la protection des paysages.
Le respect des populations impactées.
Elle préconise :

  • Que les délibérations communales et intercommunales sur des éoliennes ne soient pas bafouées.
  • Que l’éloignement minimal aux habitations soit relevé à 10 fois la hauteur des machines au lieu des 500 mètres imposés en 2015 par la loi Brottes. Les éoliennes sont bien plus hautes aujourd’hui.
  • Que l’information et la concertation tiennent leur rôle au coeur des décisions sans faire usage systématique de la dématérialisation.
  • Que la santé des riverains (et animaux) soit considérée comme un objectif prioritaire.

La défiguration de nos territoires n’est pas un sujet futile !

Contact: Fédération Stop Eoliennes Hauts-de-France

stopeolienneshautsdefrance@gmail.com – 06 89 89 72 73 – 06 95 96 59 40

Derniers développements

À l’occasion de la rentrée, il s’agit de faire un point sur la situation de l’éolien sur notre territoire.

1. Réunion à la préfecture du 19 juillet 2022
2. Loi en préparation sur l’accélération du déploiement éolien
3. Points sur les projets dans le secteur de Plomion
4. Calendrier 2022-2023 (vie de l’association)

Réunion à la préfecture de l’Aisne

M. Alain Ngouoto

À la demande de l’association « Platform Thiérache » une réunion s’est tenue à la préfecture de l’Aisne le 19 juillet 2022. Cette réunion avait pour object de démontrer les conséquences du développement éolien en Thiérache dans le contexte des projets en cours autour de Plomion et de faire part du ressenti des habitants de Thiérache face à l’impact environnemental et sociétal du développement éolien sur leur territoire.

Présence : Alain Ngouoto, secrétaire général de la préfecture de l’Aisne, représentant Mr le Préfet; Jenny Poirette, cheffe du pôle ICPE, Direction Départementale du Territoire; Jean-Hugues Pointier, président association « Platform Thiérache », administrateur Fédération « Stop éolien Hauts-de-France » ; Ellen Geerts, artiste peintre néerlandaise, représentant les résidents étrangers membres de l’association « Platform Thiérache » ; Jean-Jouis Doucy, vice-président association « Sites et Monuments » de Guise, association « Vent de Folie » ; Patrick Guerin, secrétaire/trésorier association « Platform Thiérache ».

Nous militons pour la « sanctuarisation » de la dernière zone de respiration de la Thiérache afin de préserver  un avenir à notre territoire. Pour tenter de bloquer les projets autour de Plomion, 70 éoliennes de 180 à 200 m, cette réunion faisait suite à notre proposition de « sanctuariser » une partie de la Communauté de Communes de la Thiérache du Centre (CCTC) en invoquant le caractère de dernière « zone de respiration » de la Thiérache. 

Le concept « d’espace de respiration régionale » est évoqué dans les documents de la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL)  sur la saturation visuelle mais n’a pas de caractère opposable actuellement. Par ailleurs  cette partie de la Thiérache, Est de la RN2 et Nord de la D 966 (Vallée de la Serre), est classée zone sensible dans la carte régionale du déploiement éolien en Hauts-de-France sur les trois critères (biodiversité, paysage, et patrimoine). Lors de cette réunion avec le secrétaire général de la préfecture, les propositions que nous avons faites ont été jugées raisonnables, pertinentes et partagées par les instances administratives qui souhaitent également préserver cette partie de notre territoire déjà saturée par ailleurs.

Le secrétaire général de la préfecture a affirmé que Monsieur le Préfet de l’Aisne est très attentif aux problèmes environnementaux, paysagers et patrimoniaux. Cependant les instances administratives ont des difficultés à s’opposer à ces projets qui menacent notre territoire pour deux raisons essentielles :

1 / Le manque d’arguments juridiques pour contrer le recours des promoteurs éoliens au tribunal administratif, le déploiement de l’éolien bénéficiant d’un droit dérogatoire qui laisse peu de place aux recours contentieux.

2 / Le manque d’implication des élus pour défendre leur territoire, en effet la grande majorité des interventions en préfecture provient d’un petit nombre d’élus très « intéressés » pour candidater à des projets sans aucune concertation de leur administrés par ailleurs.

Le silence des élus, opposés à  ce déploiement anarchique des énergies renouvelables sur leur territoire, ne facilite pas la prise en compte pour l’administration du phénomène de rejet pourtant majoritairement constaté par nos associations chez les habitants et les résidents de Thiérache.

Les réglementations dérogatoires des principes fondamentaux de l’urbanisme permettent de s’affranchir des règles de protection de l’environnement de la santé publique et du bien-être des habitants.

Alors qu’il Il faudrait  des évolutions législatives pour revenir à une législation équilibrées qui prennent en compte :
– le respect des paysages de la biodiversité, de la santé des êtres humains et des troupeaux
– un principe d’une répartition géographique équilibrée entre les régions avec un équilibre territoriale entre les zones rurales et urbaines ;
– le respect des modes de vie et de l’identité des territoires ;
– les objectifs  choisis localement de développement durable au travers des différents plans d’aménagement SRADDET, SCOT, PLU, PLUI.

Le gouvernement prépare pour la rentrée parlementaire un projet de loi sur « l’accélération des énergies renouvelables ». Il s’agirait  d’accélérer massivement le déploiement des énergies renouvelables qu’il s’agisse de l’éolien, du Photovoltaïque et de la méthanisation.
Il s’agit de mesures d’urgence permettant d’accélérer les procédures, d’éviter les recours contentieux en s’affranchissant la réglementation actuellement en cours.
Supprimer la participation du public et  simplifier les enquêtes environnementales à partir du moment ou un projet bénéficie d’une déclaration d’intérêt publique (DUP). Cette loi de par son caractère dérogatoire des règlementations sur l’urbanisme, l’environnement et la participation du publique est Liberticide et Ecocide.

Loi en préparation, en recours envisagés

Pour le premier point, seul une évolution législative pourra permettre aux préfets de pérenniser leurs décisions.

Dans ce cadre, j’essaye d’inciter les parlementaires à déposer un amendement lors des discussions  de rentrée sur le projet de loi gouvernemental. Cet amendement consisterait à reconnaitre le droit aux régions de désigner dans leur Schéma Régional d’Aménagement de Développement Durable et d’Égalité des Territoires (SRADDET) des « zones de respiration régionales » sur proposition d’un Etablissement Public de Coopération Intercommunale (EPCI) pertinent,  (PETR de la Thiérache par exemple..) qui s’engagerait en contre partie en respect  de son Plan Climat Air-Énergie Territorial (PCAET), à lutter contre les émissions carbonées dans son Projet de Territoire ou son Schéma de Cohérence Territorial (SCoT) avec une politique énergétique adaptée à son identité locale (agroforesterie par exemple pour la Thiérache)

J’ai eu un entretien avec le député de la 3° circonscription Jean-Louis Bricout, j’ai également communiqué avec l’ensemble des députés de l’Aisne et certains députés de groupes parlementaires différents. J’ai également pris l’attache de la région pour étudier et  promouvoir l’introduction de cette notion « d’espace régional de respiration » dans son SRADDET.

Pour le second point de blocage, c’est à dire l’implication des élus de Thiérache. Un travail d’information et de conviction est nécessaire auprès des élus du Pays de Thiérache. Plusieurs actions sont en réflexion pour alerter et mobiliser les maires de nos communes, chaque adhérent peut dans ce cadre jouer un rôle auprès de ses élus. L’affolement  gouvernementale avec cette nouvelle accélération des projets industriels de production d’énergie renouvelable dans les territoires ruraux (éolien, photovoltaïque et méthanisation) est particulièrement inquiétant pour l’avenir de notre territoire !

Points sur les projets dans le secteur de Plomion

S’agissant de la zone autour de Plomion, 70 éoliennes sont toujours en projet. A ce jour, aucun permis d’exploiter n’a été délivré par la préfecture, 2 projets sont refusés et 5 sont prorogés de 6 mois. Il faudra mettre à partie ce gain de temps pour faire évoluer la loi en reconnaissant le droit à zone de respiration régionale et permettre la « sanctuarisation » de  la zone autour de Plomion.

Nous ne pouvons dissocier l’ensemble des projets de 70 éoliennes qui constituent une même agression pour notre territoire. Les habitants ne veulent pas que l’on viole leur territoire, nous voulons garder l’intégrité et la virginité de notre Nature. Notre association, protectrice de l’environnement s’oppose fermement à cette agression de notre territoire car La Thiérache n’a rien à gagner dans cette affaire et certainement tout à perdre dans ce marché de dupes qui consiste à massacrer les paysages ruraux pour alimenter les centres urbains.

PROJETS

FACHE (Haudicourts, Meiller, Cerisier, Valiettes)
Communes : Dagny-Lambercy, Vigneux-Hocquet, Nampcelles-la-Cour, Vincy-Reuil-et-Magny, Sainte-Geneviève, Renneval
Haute du mât : 200 m
Nombre d’éoliennes: 30
Puissance : 6 MW
Décision Prorogée au 19 février 2023 arrêté préfectoral du 10/08/2022 N° IC/2022/155-156-157-158.


GRAND CERISIER
Communes: Coingt, Dagny-Lambercy, Nampcelles-la-Cour
Haute du mât : 180 m
Nombre d’éoliennes: 9
Puissance : 3 MW
Décision Prorogée au 28 février 2023 arrêté préfectoral du 29/07/2022 N° IC/2022/145

PRIMEVÈRES
Commune : Tavaux-et-Pontséricourt
Haute du mât : 185 m
Nombre d’éoliennes: 4
Puissance : 3,6 MW
Refusé ; arrêté préfectoral du 18/07/2022 N° IC/2022/140

VIOLETTES
Commune : Tavaux-et-Pontséricourt
Haute du mât : 185 m
Nombre d’éoliennes: 8
Puissance : 3,6 MW
Refusé ; arrêté préfectoral du 18/07/2022 N° IC/2022/141

CHEMIN DE CHêNE
Commune : Harcigny
Haute du mât : 180 m
Nombre d’éoliennes: 6
Puissance : 5,7 MW
En attente enquête publique

TERRE ROUGE
Communes : Gercy, Gronard
Haute du mât : 180 m
Nombre d’éoliennes: 5
Puissance : 6 MW
En attente enquête publique

CHAMP MADAME
Communes : Montigny-sous-Marle
Haute du mât : 180 m
Nombre d’éoliennes: 6
Puissance : 5,7 MW
En attente enquête publique

Calendrier 2022-2023

Une assemblée générale se tiendra dans quelques semaines, la date  sera communiquée ultérieurement, nous souhaitons la participation de l’ensemble des membres de l’association et des sympathisants à notre cause d’une manière générale.

Plusieurs axes d’actions sont également envisagés :

– manifestation de notre opposition au projet de loi sur l’accélération des énergies renouvelables sous forme d’un communique de presse de l’association.

– mobilisation des élus de Thiérache sur la menace du déploiement éolien pour l’avenir de notre territoire

– les attestations de vos cotisations vous seront remises avant la fin de l’année pour faire valoir ce que de droit.

Appel

Lors de l’assemblée générale, nous souhaitons que le bureau soit renforcé et nous faisons appel ici aux bonnes volontés notamment pour des taches administrative de secrétariat.


Jean-Hugues Pointier
président de l’association Platform Thiérache
administrateur fédération « stop éolien Hauts-de-France »

Avis d’enquête publique du projet ‘Fache’

Le moment est venu de nous prononcer sur le projet Fache avec l’installation prévue de 30 éoliennes d’une hauteur de 200 mètres sur le territoire des communes de Vincy-Reuil-et-Magny, Vigneux-Hocquet, Renneval, Nampcelles-la-Cour, Dagny-Lambercy et Sainte-Geneviève. L’enquête publique aura lieu du lundi 7 mars au jeudi 7 avril 2022 inclus.

Le projet comprend 4 parcs éoliens : Haudicourts (13 éoliennes), Meiller (4), Cerisier (6) et Valiette (7).

Il n’y a aucune limite géographique pour participer à l’enquête publique. Mais l’enquête est particulièrement importante pour les habitants des communes susmentionnées et les habitants des communes situées à moins de 6 km du périmètre de l’exploitation envisagée : Agnicourt-et-Séchelles, Archon, Bancigny, Bosmont-sur-Serre, Braye-en-Thiérache, Burelles, Chaourse, Chéry-lès-Rozoy, Coingt, Cuiry-lès-Iviers, Dohis, Dolignon, Harcigny, Hary, Iviers, Jeantes, La Ville-aux-Bois-lès-Dizy, Lislet, Montcornet, Montloue, Montigny-le-Franc, Morgny-en-Thiérache, Noircourt, Parfondeval, Plomion, Prisces, Raillimont, Rozoy-sur-Serre, Saint-Clément, Saint-Pierremont, Soize, Tavaux-et-Pontséricourt, Thenailles. 

Pour plus d’informations sur FACHE et d’autres projets d’éoliennes en Thiérache, visitez Projet Fache.

Participez à l’enquête publique !

Il faut absolument se mobiliser et mobiliser votre entourage, plus nous serons nombreux à nous manifester par écrit et plus nous aurons de poids pour être entendus. Rédiger un avis ne prend que 15 minutes de votre temps, le jeu en vaux la chandelle si nous pouvions éviter 25 années minimum de massacre paysager et de nuisances en tout genre, ne nous laissons pas encerclé par ces monstres d’acier.

D’autres projets éoliens sont en cours d’élaboration :

•  Grand Cerisier du promoteur Renewable Energy Systems – sur les communes de Coingt, Nampcelles-la-Cour et Dagny-Lambercy avec 9 éoliennes de 180 mètres à bout de pales, 600 mètres des habitations et villages ;

• Chemin du Chêne du promoteur Global Wind Power qui a fusionné avec Total Quadran, sur le commune d’Harcigny – avec 6 éoliennes.

Les trois projets réunis représentent un total de 49 éoliennes.

Comment faire pour participer ?

Il y a trois façons d’exprimer votre opinion :

(1) par un entretien personnel avec l’enquêteur qui sera présent aux jours, heures et lieux suivants :

Mairie de Vigneux-Hocquet
– le lundi 7 mars de 9h à 12h
– le jeudi 31 mars de 9h à 12h
– le samedi 2 avril de 9h à 12h
– le jeudi 7 avril de 14h à 17h

Mairie de Dagny-Lambercy
– le lundi 7 mars de 9h à 12h
– le samedi 26 mars de 9h à 12h
– le jeudi 7 avril de 14h à 17h

Mairie de Vincy-Reuil-et-Magny
– le lundi 7 mars de 14h à 17h
– le mercredi 30 mars de 14h à 17h
– le jeudi 7 avril de 14h à 17h

Mairie de Renneval
– le mardi 15 mars de 9h à 12h
– le mercredi 30 mars de 15h à 18h

Mairie de Nampcelles-la-Cour
– le mardi 15 mars de 9hà 12h
– le samedi 2 avril de 9h à 12h

Mairie de Sainte Geneviève
– le vendredi 18 mars de 14h à 17h

(2) par courrier, adressé au president de la commission d’enquête à la Mairie de Vigneux-Hocquet, 2 Rue des Écoles, 02340 Vigneux-Hocquet

(3) par courrier électronique adressé au president de la commission d’enquête à l’adresse suivante: 

enquete-publique-2848@registre-dematerialise.fr

Il conviendra de préciser dans l’objet du message : Enquête publique – Parc Eolien FACHE. 

Attention: les doléances via courrier électronique ne seront prises en compte qu’à partir du 7 mars et jusqu’au 7 avril !

Vous trouverez ici un exemple d’un avis:


On pourra prendre connaissance des quatre dossiers de demande d’autorisation d’exploiter, qui comportent notamment une étude d’impact et l’avis de l’autorité environnementale, dans les mairies de Vincy-Reuil-et-Magny, Vigneux-Hocquet, Renneval, Nampcelles-la-Cour, Dagny-Lambercy et Sainte-Geneviève aux heures habituelles d’ouverture.

Ci-dessous, vous pouvez lire / télécharger l’avis détaillé du MRAe :
FACHE – Avis MRAeDownload

Les commissaires enquêteurs ont un rôle d’écoute et d’information des populations sur le projet, ils doivent dans leur rapport faire remonter les avis de la population au Service de l’Etat, ils émettent un avis favorable ou défavorable pour éclairer la décision du Préfet. La Décision d’autorisation ou d’annulation du projet est prise en regard du Dossier de la DREAL et des observations de la DDT également.

Du 7 mars au 7 avril 2022, trois commissaires enquêteur (Jean-Marc Le Gouellec, Jean-Pierre Hot, Mme Denise Lecocq) vont tenir des permanences sur le projet « FACHE », il est important que tous les habitants se mobilisent pour faire connaitre leurs observations lors de ces permanences dans les villages concernés. Nous souhaitons que les élus, maire des communes, élus communautaires, conseillers départementaux et régionaux se mobilisent également pour protéger leur territoire et le bien-être des concitoyens.

Pour plus d’informations sur le projet FACHE, cliquez ici

Le vent a-t-il tourné en faveur des simples particuliers ?

Nous vous informons des derniers développements de deux projets éoliens qui menacent la Thiérache : Fache et Grand Cerisier. Nous vous informons également d’une décision importante de la Cour d’appel de Toulouse concernant les nuisances causées par les éoliennes.

L’avis de MRAE sur le projet Fache

Le 25 avril 2021, l’Autorité environnementale (MRAe) Hauts-de-France a publié l’avis sur le projet Fache concernant 4 parcs éoliens sur les communes de Renneval, Vigneux-Hocquet, Vincy-Reuil-et-Magny, Dagny-Lambercy, Sainte-Geneviève et Nampcelles-la-Cour.

Ci-dessous une synthèse de l’avis :

Le projet, porté par les sociétés « des éoliennes des Haudicourts », « des éoliennes de Meiller », « des éoliennes de Valiettes » et « des éoliennes de Cerisier » concerne l’installation de 30 éoliennes d’une hauteur maximale de 200 mètres en bout de pale et 15 postes de livraison sur le territoire des communes de Renneval, Vigneux-Hocquet, Vincy-Reuil-et-Magny, Dagny-Lambercy, Sainte-Geneviève et Nampcelles-la-Cour situées dans le département de l’Aisne.

Le projet se situe sur un plateau agricole, dans le paysage de la Basse Thiérache, à environ 210 mètres de la zone naturelle d’intérêt écologique floristique et faunistique (ZNIEFF) de type 1 « forêt du Val Saint-Pierre », un kilomètre des vallées de la Brune et de la Serre (paysages remarquables et continuités écologiques). Les premières habitations sont à 520 mètres.

Par rapport aux enjeux présents sur le site, le dossier mériterait d’être complété et précisé concernant l’état initial et les prise en compte des impacts concernant la faune volante (oiseaux et chauves-souris), le patrimoine historique, le paysage et le cadre de vie.

L’étude acoustique montre qu’un bridage des éoliennes sera nécessaire pour respecter les seuils réglementaires en matière de bruit.

Des impacts paysagers sont attendus sur les églises de Vigneux-Hocquet, de Renneval, de Chaourse et d’Harcigny, ainsi que sur les bourgs de Morgny-en-Thiérache, Sainte-Geneviève, Vigneux-Hocquet, Renneval, Vincy-Reuil-et-Magny et Dagny-Lambercy et le hameau de Magny. L’autorité environnementale recommande, considérant que les parcs proposés seront un élément marquant du paysage, de réaliser une analyse architecturale et paysagère, et d’adapter le projet en vue de limiter les impacts et la covisibilité avec les églises fortifiées et d’étudier la suppression d’éoliennes afin de limiter les phénomènes de surplomb et de saturation visuelle. 

Compte-tenu de l’étendue du site étudié, les inventaires permettant de caractériser l’activité deschauves-souris aux altitudes à risque, seraient à compléter, via des mâts de mesure supplémentaireset en continu pendant une période d’activité.

Au regard notamment de la présence de la Noctule commune, l’autorité environnementale recommande d’étudier d’autres sites d’implantation et de compléter l’étude de variantes par la recherche de scénarios alternatifs éventuellement sur des sites plus propices.

Si le projet est maintenu, l’autorité environnementale recommande de brider l’ensemble des éoliennes entre début mars et fin novembre depuis l’heure précédant le coucher du soleil jusqu’à l’heure suivant le lever du soleil, pour des températures supérieures à 7 °C, et des vents inférieurs à 6 m/s.

Ci-dessous, vous pouvez lire / télécharger l’avis détaillé du MRAe:


Le nouveau préfet reporte la décision sur Grand Cerisier

Le projet éolien du Grand Cerisier consiste en l’implantation prévue de 9 éoliennes de 180 m de hauteur sur les communes de Coingt, Dagny-Lambercy et Nampcelles-la-Cour. Le 19 mai 2021 le commissaire-enquêteur, M. Didier Lejeune, a publié les conclusions de l’enquête sur le parc éolien Grand Cerisier. Il a émis un avis favorable, c’est-à-dire qu’il est pour l’installation.

L’avis a depuis été auprès du préfet. Un nouveau préfet est en poste dans l’Aisne depuis fin juin 2021. Le précédent préfet, Ziad Khoury, en poste depuis moins de deux ans, a été remplacé par Mr. Thomas Campeaux. La nomination d’un préfet relève du gouvernement français, il ne s’agit donc pas d’un administrateur élu démocratiquement mais d’une nomination politique. Ce remplacement est probablement dû au point de vue trop critique de Ziad Khoury sur les projets d’éoliens. Le nouveau préfet n’a pas encore pris sa décision. Il a toutefois négocié un délai de 6 mois pour la décision sur Grand Cerisier et “de soumettre la demande susvisée pour avis à la formation sites et paysages de la commission départementale de la nature, des paysages et des sites”. Cette demande peut être interprétée de deux manières : (1) il opte pour l’installation (2) il souhaite s’abstenir d’installation. Dans les deux cas il sollicite un soutien / couverture politique de la commission départementale. Le report de la décision court jusqu’au 28 février 2022 au plus tard.

Si le préfet – malgré tout – ignore nos votes contre et accepte l’installation, l’ordonnance relative à la construction sera officiellement annoncée publiquement dans toutes les communes concernées. C’est aussi le moment où les habitants, qui vont immédiatement regarder les éoliennes et qui s’inquiètent de leurs effets, peuvent soulever des objections par lettre recommandée. Le préfet est obligé de répondre à l’objection dans un délai de deux mois. L’Association Platform Thiérache organisera, si nécessaire, une action de groupe juridique à laquelle les membres individuels pourront s’associer. Ensemble nous sommes forts!

L’avenir de la Thierache : zone industrielle d’éoliennes … ou Parc Naturel ?

Platform Thiérache a une politique à deux voies. D’une part, elle agit directement contre l’implantation de parcs éoliens en Thiérache, qui menacent gravement le cadre et la qualité de vie de ses habitants. Elle s’efforce de  sensibiliser et informer les citoyens et les élus, favoriser et entretenir le dialogue avec tous les acteurs concernés, lutter contre les projets incompatibles avec les buts de l’association, comme l’installation de parcs éoliens industriels, en s’y opposant par tous moyens et recours légaux et par toutes actions en justice qui pourrait être jugées nécessaires.

D’autre part, Platform Thiérache s’efforce de sauvegarder, protéger et défendre l’environnement, le patrimoine naturel, le patrimoine bâti, la qualité des paysages et des sites de la Thiérache. A cet effet, elle collabore avec Jean-Hugues Pointier, qui lutte activement depuis longtemps pour l’extension du Parc Naturel de l’Avesnois en Thiérache. Le territoire de la Thiérache de l’Aisne, encadré par de deux Parcs Naturels Régionaux, au nord celui de l’Avesnois et à l’est celui des Ardennes, est à la croisée des régions Hauts-de-France, Champagne-Ardenne et du Hainaut. C’est un espace de grande qualité environnementale avec une forte identité patrimoniale. Une continuité géographique permettrait de préserver un lien écologique entre ces deux entités, espace de respiration et de de communication, ce serait un véritable poumon vert pour la faune et la flore.

Le projet d’extension du Parc Naturel Régional de l’Avesnois en Thiérache est « l’outil » pour préserver cette continuité écologique, les richesses du territoire, en créer de nouvelles et offrir un nouveau modèle de développement local durable. C’est dans ce sens que ce projet est soutenu par le Conseil National de Protection de la Nature (CNPN) et qu’il est intégré au Pacte pour la réussite « Sambre-Avesnois-Thiérache ».

Décision inédite : la justice reconnaît enfin le “syndrome éolien” 

En condamnant deux sociétés gestionnaires d’un parc éolien, la Cour d’appel de Toulouse reconnaît l’existence de nuisances anormales pour le voisinage et leur impact sur la santé.

La décision est inédite. Le 8 juillet dernier, la cour d’appel de Toulouse cassait un jugement du tribunal judiciaire de Castres et condamnait deux sociétés gestionnaires d’un parc éolien a indemniser un couple de riverains. Pour la première fois, la justice reconnaît l’existence de nuisances de voisinage anormales liées à la proximité d’éoliennes ainsi que leur impact sur la santé.

Lisez ici l’article entier : 

https://www.ladepeche.fr/2021/11/05/tarn-ils-gagnent-leur-combat-contre-les-eoliennes-au-bout-de-six-ans-9910864.php

Conclusions de l’enquête Grand Cerisier : une grande majorité d’habitants et de communes est contre, mais l’enquêteur est favorable à l’installation d’éoliennes

Le 19 mai le commissaire-enquêteur, M. Didier Lejeune, a publié les conclusions de l’enquête sur le parc éolien Grand Cerisier (avec 9 éoliennes). Il a émis un avis favorable, c’est-à-dire qu’il est POUR l’installation – mais avec une réserve pour 3 éoliennes.

L’enquêteur a reçu un total de 212 réponses, dont la grande majorité (202) est CONTRE l’installation des éoliennes. Parmi les collectivites locales ayant exprimé un avis, comme le demandait l’arrête préfectoral qui leur a été envoyé, ont donné un avis favorables (POUR) les communes de Dagny-Lambercy, Nampcelles-la-Cour, Vignieux-Hocquet et la Communauté de Communes des Trois Rivières ; ont donné un avis défavorables (CONTRE) les communes d’Archon, Besmont, Burelles, Chaource, Coingt, Iviers, Landouzy-la-Ville, Plomion et la Communauté de Communes de Thiérache du Centre.

En lisant l’avis, on découvre que le commissaire-enquêteur a largement et aveuglément adopté les conclusions de l’Étude d’Impact du promoteur du projet, Renewable Energy Systems (RES). Il n’explique pas les objections formulées par les habitants concernant les risques sanitaires, la menace pour la faune et le patrimoine culturel et la dégradation du paysage. L’avis du commissaire-enquêteur ne dit pas un mot aux risques pour le tourisme et des conséquences néfastes pour les propriétaires de maisons de vacances. Il est également remarquable que l’enquêteur ne réagit aux conclusions défavorables de l’avis de la MRAe (la Mission Régionale d’Autorité environnementale).

Avis favorable avec réserve

Le commissaire-enquêteur donne un avis favorable à la construction des éoliennes E1, E3, E4, E5, E6 et E7, leur impact sur leur environnement naturel et humain étant limité et un avis favorable avec réserve à la construction des éoliennes E2, E8 et E9 en raison de leur relative proximité (moines de 800 mètres) avec les premières habitations des hameaux de Malvaux (E2), Coutenval (E8 et E9) et Coingt (E8) ; bien que la distance minimale légale de 500 metre soit respectée,  le commissaire-enquêteur  estime  que  les  risques  de nuisances restent importants, surtout en ce qui concerne le bruit et malgré la possibilité de bridage.

L’enquêteur joue un rôle douteux

C’est décevant, mais malheureusement pas surprenant : les enquêtes publique ne sont que des formalités administratives dont l’unique objectif est de se conformer à la loi. Les conclusions ne tiennent pas compte de l’avis majoritaire négatif de la population et de leurs représentants élus. Elles ne tiennent pas compte des signalements faits sur l’impact économique, environnementale pour le pays et de l’impact sociale pour la population locale. Il est scandaleux de donner un avis positif à un projet mortifère pour la Thiérache. Cela prouve que les commissaires-enquêteurs sont à la botte de leur rémunérateur “les promoteurs”.

Cette décision donne encore plus de sens et d’utilité à notre combat ! Il ne faut pas baisser les bras mais peut être adapter nos actions défensives à la hauteur de l’agresseur.

Avec le lien ci-dessous, vous pouvez lire / télécharger l’avis du commissaire-enquêteur :

Avis d’enquête publique du projet ‘Grand Cerisier’

Le moment est venu de nous prononcer sur le projet Grand Cerisier avec l’installiation prévue de 3 éoliennes à Coingt, 5 à Nampcelles-la-Cour et 1 à Dagny-Lambercy – d’une hauteur de 180 mètres de hauteur dont le mat de mesures se trouve toujours sur la commune de Nampcelles-la-Cour. Cela peut vous donner une image réaliste de la hauteur en sachant que le mat ne fait que 120 mètres.

Il n’y a aucune limite géographique pour participer à l’enquête publique. L’enquête est particulièrement importante pour les habitants des communes autour du parc d’éolien prévu : Coingt, Nampcelles-la-Cour, Dagny-Lambercy, Harcigny, Plomion, Bancigny, Jeantes, Saint-Clément, Besmont, Iviers, Vigneux-Hocquet, Cuiry-lès-Iviers, Dohis, Hary, Burelles, Renneval, Morgny-en-Thiérache, Braye-en-Thiérache et Thenailles. L’enquête publique aura lieu du lundi 15 mars au vendredi 16 avril 2021 inclus.

Participez à l’enquête publique !

Il faut absolument se mobiliser et mobiliser votre entourage, plus nous serons nombreux à nous manifester par écrit et plus nous aurons de poids pour être entendus. Rédiger un avis ne prend que 10 minutes de votre temps, le jeu en vaux la chandelle si nous pouvions éviter 25 années minimum de massacre paysager et de nuisances en tout genre, ne nous laissons pas encerclé par ces monstres d’acier.

A ce jour nous avons recueilli 1165 pétitionnaires par écrit et voie électronique qui seront remises au commissaire enquêteurs (cette pétition a également été remise à Mme Sonia Hasni, la sous-préfète, lors de notre réunion au sein de la sous-préfècture le 2 décembre 2020). La pétition en ligne est toujours active et actuellement nous avons 931 pétitionnaires. Faites connaitre notre site et pétition à votre entourage, cela nous aidera a appuyer nos doléances.

D’autres projets sont en cours d’élaboration et l’association reviendra vers vous lorsque les enquêtes publiques seront effectives pour ces deux projets :

•  Fache du promoteur Ventelys, sur les communes de Vigneux-Hocquet, Renneval, Vincy-Reuil-et-Magny, Nampcelles-la-Cour en Dagny-Lambercy  avec 34 éoliennes taille des éoliennes de 180 à 200 mètres à bout de pales, 800 mètres des habitations et villages;

Chemin du chêne du promoteur Global Wind Power qui a fusionné avec Total Quadran, sur le commune d’Harcigny – avec 6 éoliennes.

Les trois projets réunis représentent un total de 49 éoliennes.

Comment faire pour participer ?

Il y a trois façons d’exprimer votre opinion :

– par un entretien personnel avec l’enquêteur qui sera présent aux jours, heures et lieux suivante :

• Mairie de Nampcelles-la-Cour – le lundi 15 mars de 9h à 12h
• Mairie de Coingt – le mercredi 24 mars de 14h à 17h
• Mairie de Plomion – le samedi 27 mars de 9h00 à 12h
• Mairie de Jeantes – le mardi 30 mars de 9h à 12h
• Mairie de Dagny-Lambercy – le jeudi 8 avril de 14h à 17h
• Mairie de Nampcelles-la-Cour – le vendredi 16 avril de 14h à 17h

– par courrier, en l’envoyant à la Mairie de Nampcelles-la-Cour, Rue Val-Saint-Pierre, 02140 Nampcelles-la-Cour

(3) par voie électronique à l’adresse mail suivante:

ddt-participation-public-icpe@aisne.gouv.fr

Il conviendra de préciser dans l’objet du message : Enquête publique – Observations – Parc Eolien GRAND CERISIER – C.E.P.E. GRAND CERISIER.

Attention: les doléances via le site ddt-participation-public-icpe de la préfecture ne seront prises en compte qu’ à partir du 15 mars et jusqu’au 16 avril !

Le fichier de RES complet sur le projet Grand Cerisier peut être téléchargé via ce lien

Vous pouvez télécharger l’Avis de la MRAe (Mission Régionale d’Autorité environnementale Hauts-de-France) sur le projet Grand Cerisier ici :

Préfet: “L’heure est venue à plus de retenue dans les projets d’éoliennes”

Ziad Khoury, le préfet de l’Aisne, annonce également en 2019 que l’heure est venue à plus de retenue dans les projets d’éoliennes, notamment au regard des critères de paysage et de patrimoine, au profit d’autres vecteurs de la transition énergétique comme le photovoltaïque, la méthanisation ou la rénovation thermique.

Dans notre dernier bulletin d’information, nous rapportions que le préfet joignit le geste à la parole en refusant le projet éolien à Any-Martin-Rieux – Leuze – Martigny. Le 25 novembre 2020, le projet d’éolien à Dorengt, du promoteur Enertag, a également été refusé par le préfet.

Rapport sur l’entretien avec la sous-préfète, Mme Sonia Hasni

Le 2 décembre 2020, l’association Platform Thiérache et le collectif Agir Pour La Thiérache ont eu un entretien avec Mme Sonia Hasni. Le président de notre association, M. Yann Le Goff, a d’abord remis les 1 163 pétitions contre l’installation d’éoliennes dans la Thiérache. Et alors Mart. Warmerdam, en tant que vice-président néerlandais de Platform Thiérache, a été remis à la sous-préfète une dizaine de lettres avec des histoires de propriétaires néerlandais et belges de maisons de vacances dans la Thiérache. Dans ces lettres, ils expriment leurs inquiétudes quant à l’installation prévue d’éoliennes dans la Thiérache. Mme Hasni comprend la grande préoccupation des habitants à l’avenir de la Thiérache et apprécie l’engagement des propriétaires étrangers.

« Pour sauver la planète, l’industrie éolienne tue nos campagnes ».  Par cette déclaration, Jean-Hugues Pointier, président du collectif Agir Pour La Thiérache, a alors ouvert un plaidoyer passionné pour déclarer la Thiérache zone protégée.

Pointier: « C’est l’euthanasie d’un territoire avec le déclin de nos villages et la désespérance des habitants qui est en cause face aux nombreux projets dont plus de cinquante éoliennes autour de Plomion. Nous avons proposé, dans l’esprit de la Charte paysagère du pays de Thiérache la création d’une zone de protection, au sein d’un parc naturel en Thiérache, contre toutes installations industrielles qui impactent l’environnement et le paysage.

Le Parc Naturel Régional de l’Avesnois (PNR) souhaite s’étendre vers la Thiérache, cette extension peut être incluse dans la révision de sa charte en 2021. Parce que ce projet a une cohérence territoriale, environnementale et économique, les instances administratives préfecture et sous-préfecture semblent adhérer à ce projet dans le cadre du Pacte Sambre-Avesnois-Thiérache.

Si nous avons trouvé une écoute bienveillante de nos interlocuteurs, Il nous reste cependant à convaincre les élus du Pôle d’équilibre territorial et rural (PETR) de Thiérache de faire avancer ce projet initié il y a plus de dix ans.

Pour ne pas hypothéquer sa réussite, nous demandons au Préfet de l’Aisne, Mr Ziad Khoury, un moratoire pour l’arrêt de toute installation éolienne dans cette zone, le temps de la concertation avec les acteurs de ce dossier, administration, élus et associations en espérant que cette fois-ci la région Hauts-de-France adhérera à ce beau projet. »

Avis de la Mission Régional d’Autorité environnementale sur le projet Grand Cerisier

Nous avons récemment réussi à obtenir l’avis de la MRAe (Mission Régionale d’Autorité environnementale Hauts-de-France) sur le projet Grand Cerisier, qui a été publié le 9 décembre 2020. La MRAe est très critique à l’égard des conclusions par le promoteur du projet, Renewable Energy Systems (RES), et n’est pas d’accord avec les conclusions de RES sur de nombreux points. En particulier, les impacts des éoliennes sur d’espèces de chiroptères et d’oiseaux protégées menacées sont considérés comme « sous-estimés ».

Voici les principales conclusions de l’avis de la MRAe :

« Le projet présenté par la société Renewable Energy Systems (RES), le parc éolien Le Grand Cerisier porte sur la création de neuf éoliennes, en deux groupes de six et trois éoliennes, d’une hauteur de 180 mètres en bout de pale, et trois postes de livraison sur les communes de Coingt, Jeantes, Bancigny, Dagny-Lambercy, Plomion et Nampcelles-la-Cour dans le département de l’Aisne. Le modèle d’éolienne retenu n’est pas arrêté.

Le projet s’inscrit dans l’entité paysagère les églises fortifiées de la Thiérache, à forte valeur patrimoniale (nombreuses d’entre elles sont classées monuments historiques), au sein de zones d’enjeux connus pour les espèces d’oiseaux la Cigogne noire et le Milan royal, deux espèces protégées et menacées. L’éolienne E8 est à 670 m de l’habitation la plus proche.

L’étude acoustique montre un risque de dépassement des seuils réglementaires en matière de bruit en période diurne et nocturne. Un bridage des éoliennes est prévu, mais n’est pas repris dans l’étude d’impact.

Concernant le paysage, le projet s’implante sur un secteur jusqu’à présent préservé, ce qui limite les impacts cumulés. L’étude paysagère propose des mesures pour compenser l’impact du parc.

Concernant la biodiversité, l’état initial est insuffisant au regard des enjeux (inventaires de plus de trois ans, ne caractérisant pas le cycle biologique, absence d’écoutes en altitude pour les chiroptères, absence d’utilisation de la technologie radar pour les oiseaux). L’étude confirme la présence d’espèces protégées menacées très sensibles à l’éolien, comme la Cigogne noire et le Milan royal, ainsi que la Noctule commune, une espèce de chiroptère dont l’extinction est à craindre dans les années à venir.

Noctule common

Six éoliennes sont situées à moins de 200 mètres en bout de pale de haies, d’éléments boisés et de secteurs identifiés par l’étude comme présentant des enjeux forts pour les oiseaux et les chiroptères. S’y ajoutent deux autres éoliennes concernées notamment par une zone de vol du Milan royal. L’évitement n’a pas été recherché. L’étude conclut pourtant à un impact faible pour ces espèces.

Les enjeux et les impacts sont sous-estimés. Il convient de rappeler que la Cigogne noire est une des espèces ayant permis la désignation du site Natura 2000 FR2212004 Forêts de Thiérache : Hirson et Saint-Michel situé à 11,4 km du secteur de projet. L’autorité environnementale recommande de réévaluer les incidences du projet sur les sites Natura 2000 notamment au regard de l’impact sur la Cigogne noire.

Au regard de ces éléments, l’autorité environnementale recommande de rechercher une solution alternative à la zone d’implantation potentielle retenue (autre localisation).

Si le choix du site est maintenu, l’autorité environnementale recommande de compléter les inventaires et d’assurer l’évitement des enjeux principaux, ce qui supposera a priori de supprimer huit éoliennes, étant donné les niveaux d’enjeux, en particulier du fait de la présence de la Noctule commune, de la Cigogne noire, et du Milan royal.

Milan Royal (photo Jean-Loup Ridou)

Les recommandations émises par l’autorité environnementale pour améliorer la qualité de l’étude d’impact et la prise en compte de l’environnement par le projet sont précisées dans l’avis détaillé ci-joint.

Téléchargez/lisez ici l’avis complet :

Il est évident que c’est une tache quasi impossible pour RES pour répondre aux préoccupations de la MRAe. Enfin, nous rendons hommage au travail de la MRAe, qui s’est montré très consciencieux.

Le préfet refuse le projet éolien Any-Martin-Rieux – Leuze – Martigny !

Une bonne nouvelle: le 30 août dernier, le préfet du département de l’Aisne, M. Ziad Khoury, a refusé le projet de CE Trois Rivières pour l’installation de 8 éoliennes sur le territoire des communes d’Any-Martin-Rieux, Leuze et Martigny !

Consultées sur ce projet, dix communes de la Thiérache axonaise et ardennaise ont émis un avis défavorable. Il s’agit de communes de Fligny, Buire, Auge, Leuze, La Neuville-aux-Joûtes, Signy-le-Petit, Saint-Michel, Eparcy, Watigny et Any-Martin-Rieux. La com-com d’Ardennes était également contre. Á Martigny, il n’y a pas eu d’avis. Bossus y était favorable.

Cigogne noire (photo: Jean-Loup Ridou)

Dans son arrêté, le préfect consacre un long chapitre à la Cigogne noire, une espèce rare qui se réproduit dans la forêt domaniale toute proche et dans les zones d’alimentation sont situées de l’autre côté du territoire convoité par le promoteur éolien. Les faibles effectifs régionaux de cette belle espèce d’échassier, la faible production de jeunes à l’envol, ainsi que la forte mortalité juvénile plaident également en faveur de la préservation de l’actuel environnement. D’autres enjeux écologiques, notamment du fait de présence des Milans noirs et royaux, du Traquet motteux (un passereau) ou de chauves-souris ont conduite, de la même manière, au refus. Pour cette raison, le promoteur du projet avait déjà réduit l’application de 14 à 8 turbines en second lieu – mais en vain.

L’arrêté du préfet nous donne un nouvel espoir vis-à-vis d’autres applications de projets actuellement en cours d’exécution dans la Thiérache. Après tout: la cigogne noire est également de plus en plus vue dans d’autres parties de la Thiérache. Nous avons récemment reçu un rapport d’un de nos membres, qui a repéré une cigogne noire à La Sablonnière (Jeantes) le 11 août.

Les maisons de vacances dans la Thiérache

Nous avons précédemment attiré l’attention dans nos circulaires et messages en ligne sur la présence dans la Thiérache de nombreux Néerlandais et Belges, qui ont une maison de vacances ou même y vivent en permanence.

L’installation prévue de grands parcs éoliens aura des effets économiques négatifs majeurs, non seulement pour les étrangers eux-mêmes mais aussi pour la région et ses habitants:

• baisse de valeur des maisons (des dizaines de pourcentages en plus de la baisse générale de 30% que les maisons ont déjà subie au cours des dix dernières années);
• les maisons sont à vendre pour une durée plus longue / risque d’inoccupation et même invendable;
• l’attractivité réduite de la région pour les étrangers à la recherche d’une résidence secondaire ou souhaitant rester ici;
• diminution des dépenses;
• diminution des recettes fiscales (taxe foncière; taxe d’habitation; taxe de séjour, etc.);
• diminution du nombre de visiteurs dans la région / diminution des nuitées touristiques et des loisirs (hôtel; airbnb; camping, etc.);
• pertes d’emplois.

Platform Thiérache souhaite attirer l’attention sur l’impact économique négatif des parcs éoliens sur les étrangers vivant dans la Thiérache.

L’association a donc demandé à ses membres néerlandais et belges d’écrire une histoire personnelle: pourquoi se sont-ils installés dans la Thiérache, pourquoi y ont-ils acheté une maison (de vacances), qu’est-ce que la région signifie pour eux et quelles menaces les éoliennes représentent-elles pour leur cadre de vie ?

Une dizaine de membres ont répondu à cette demande. Vous pouvez en savoir plus sur ce que nous faisons avec ces histoires plus loin dans ce bulletin.

Lisez deux histoires ici:

Le moment décisif

Ces dernières années, il y a eu une forte augmentation des parcs éoliens – ou des projets prévus – dans la région des Hauts-de-France (Nord-Pas-de-Calais et Picardie). Cela n’est pas surprenant : au début de ce siècle le gouvernement a désigné sept régions dont Picardie où l’énergie éolienne doit être développée.

Si se déroulent les projets Grand Cerisier de RES, Fache (de Ventelys) et Chemin du Chêne de Global Wind Power, nous parlons – sur une superficie de seulement 30 km2 – d’un immense parc éolien industriel de 49 éoliennes de la catégorie la plus lourde (180-200 mètres de haut). Quand ce parc est réalisé, il y a un autre danger. Les promoteurs du projets demandent de pouvoir « apporter » le projet à un stade ultérieur. Cela signifie qu’une fois qu’un projet a été accepté et construit, des éoliennes peuvent être ajoutées au parc existant –  sans avoir à démarrer une nouvelle étude. Une situation similaire aurait été effectuée à Montcornet où il y a actuellement plus de 250 turbines.

La résistance sociale à l’implantation de parcs éoliens dans la région se fait de plus en plus forte. L’administration de la région Hauts-de-France est également opposée aux nouveaux placements. Dans un communiqué de presse en début d’année, elle explique que les Hauts-de-France représentent pas moins d’un quart de toute l’énergie éolienne française. Les Hauts-de-France sont donc favorables à une répartition plus équilibrée, afin qu’aucun parc éolien ne soit plus implanté sur son territoire.

L’église fortifiée de Plomion

Notre terre de Thiérache et sa population n’ont cessé d’être martyrisées par les divers conflits de l’histoire. Nous avons un lourd passé que l’on ne peut oublier et qui reste ancré dans nos mémoires, nos cœurs et nos paysages. En ce qui concerne notre région, nous avons un patrimoine exceptionnel de pas moins de 65 églises fortifiées. L’église de Plomion classée monument historique fait actuellement l’objet d’une restauration en collaboration avec la mission patrimoine de Stéphane Bern. Nous avons la Vallée de la Brune qui mériterait de devenir un Parc Régional de par sa biodiversité, la beauté pittoresque des paysages. Si par malheur, ces projets se réalisent, la migration des oiseaux serait directement impactée, notamment celle des cigognes noires, des grues et des aigrettes, etc…

Les promoteurs, facilités par l’État et financé par de grandes sociétés d’investissement internationales, sont sur le point de dominer brutalement ce paysage vulnérable. Sous couvert d’une transition énergétique durable, les habitants simplement aient été écartés et la Thiérache deviendra un nouveau champ de bataille, cette fois pas marqué par des églises mais par des éoliennes industrielles d’une ampleur extraordinaire.

Alors, nous sommes arrivés au moment décisif de l’histoire de la Thiérache.

Un appel urgent au préfet: protégez la Thiérache !

L’association Platform Thiérache, en collaboration avec le collectif Agir Pour La Thiérache, a adressé une lettre avec un appel urgent au préfet du département de l’Aisne, M. Ziad Khoury, début juillet de cette année.

Cette lettre expose avec de nombreux arguments valables que le patrimoine et le paysage unique de la Thiérache ne doit pas être sacrifié aux parcs éoliens industriels. Il est également clair que de nombreux habitants (y compris les propriétaires étrangers de maisons de vacances) sont fermement opposés au placement prévu et ont le sentiment d’être à peine entendus ou connus dans le processus décisionnel.

Dans leur lettre au préfet, l’association Platform Thiérache et le collectif Agir Pour La Thiérache demandent à coopérer à la protection exclusive de la Thiérache, y compris en n’accordant pas de permis pour les parcs éoliens. Ils demandent une audience auprès de Monsieur Ziad Khoury.

Lisez la lettre complète ici:

Le jeudi 29 octobre, il y aura une réunion à Vervins avec la sous-préfète du département, Mme Sonia Hasni. Dans cet entretien, l’association et le collectif expliqueront plus en détail leur position et le vice-président néerlandais de Platform Thiérache remettra au sous-préfet dix lettres avec des histoires de propriétaires néerlandais et belges de maisons de vacances dans la Thiérache. Nous rendrons bien sûr compte de la conversation avec Mme. Hasni.

Vent de révolte contre les éoliennes

Notre combat avance à grand pas et nous vous informons que les députés européens se saisissent actuellement du scandale des éoliennes.

Le groupe Identité et Démocratie du Parlement européen vient de publier un formidable documentaire sur le sujet :

Le documentaire Vent de révolte contre les éoliennes (23:18 min.) présente plusieurs extraits de la manifestation du 30 Novembre 2019 à Laon et de la conférence avec Fabien Bougle à Liesse Notre Dame, ou nous étions présent. 

Nous vous invitons à le diffuser massivement autour de vous et sur les réseaux sociaux

La seconde vidéo ci-dessous de 2:27 min. extraite du documentaire, concerne un éleveur de bovins et producteur de lait, habitant à Mazinghien (59), situé entre Wassigny (02) et Le Bateau Cambresis :

https://youtu.be/RUWbf-2TeVo

N’hésitez pas à diffuser massivement cette vidéo. Il est grand temps de stopper ce massacre et de préserver notre santé avant qu’il soit trop tard.

N’oubliez pas, le 11 janvier entre 14h et 15h sera diffusé par France 2 un reportage sur la manifestation du 30 Novembre 2019 à Laon.

L’équipe Platform Thiérache