Pas d’éoliennes dans la Thiérache!

L’avenir de la Thiérache : Parc Régional ou zone industrielle d’éoliennes?

À tous les habitants de la Thiérache, et en particulier ceux des communes de Coingt, Nampcelles-la-Cour, Dagny-Lambercy, Harcigny, Plomion, Bancigny, Jeantes, Saint-Clément, Besmont, Iviers, Vigneux-Hocquet, Cuiry-lès-Iviers, Dohis, Hary, Renneval, Morgny-en-Thiérache, Thenailles, Braye-en-Thiérache

Ces derniers temps, vous avez certainement entendu parler des projets d’installation de neuf éoliennes au total sur le territoire des communes de Coingt, Nampcelles-la-Cour et Dagny-Lambercy.

Beaucoup d’habitants ne savent pas très bien à quoi s’en tenir et s’inquiètent des effets négatifs que peut avoir la mise en place de ces éoliennes. Si les entreprises du secteur éolien organisent des réunions d’information, elles insistent bien entendu surtout sur les avantages de ce projet. Les municipalités favorables aux éoliennes ne voient aussi que les bénéfices qu’elles peuvent en tirer et elles ne donnent à leurs habitants aucune information sur les inconvénients et les nuisances d’un tel plan. Face à ce manque d’informations, non seulement sur les conséquences du placement des éoliennes, mais aussi, en amont, sur la prise de décision, un groupe d’habitants des trois communes concernées a décidé de réagir et d’écrire la présente circulaire.

Quelle est la procédure pour la demande d’installation d’éoliennes?

La France a besoin de sources d’énergie alternatives; les centrales nucléaires touchent à leur fin et construire nouvelles centrales n’est pas vraiment une option en ce moment. Au début de ce siècle le gouvernement a désigné sept régions dont Picardie où l’énergie éolienne doit être développée. On a fait une étude approfondie (Schéma Régional) de chaque région, qui examine tous les aspects possibles. Printemps 2015, le gouvernement a réduit les contraintes. Par exemple, la distance entre des éoliennes et l’environnement bâti est réduitée de 1000 à 500 (!) mètres et ont été suspendue les zones désignées des Schémas Régionaux : les entreprises d’éoliennes (surtout étrangères) sont libres “d’essayer”. Les propriétaires fonciers, principalement des éleveurs et agriculteurs, sont approchés avec des contrats lucratifs ; revenus locatifs par éolienne peuvent augmenter rapidement à 10 000 € par an. Pour la plupart des éleveurs et des agriculteurs, cette offre est reçue avec grand intérêt.

Avant de procéder à la mise en place d’éoliennes, une entreprise spécialisée dans ce secteur doit obtenir l’autorisation des communes sur lesquelles elles seront installées. Dans cette prise de décision, le rôle du maire est crucial. Sans son autorisation, aucune étude préalable ne peut être effectuée. Cette étude – appelée Étude d’impacts – est obligatoire et sans elle, pas de placement. En échange de cette autorisation, une indemnité annuelle est proposée aux communes si le placement des éoliennes se fait. Dans le cas de Coingt, (3 éoliennes), de Nampcelles-la-Cour (5) et de Dagny-Lambercy (1), le montant total s’élèverait à 40 000 €, partagé entre les communes en fonction du nombre d’éoliennes. Par ailleurs, la Communauté de Communes concernées recevra tous les ans une subvention de 130 000 €. Trois Communautés sont concernées par le projet « Grand Cerisier ». Toutes ces indemnités séduisent les communes qui sont si souvent à court d’argent – d’autant plus que depuis quelques années le gouvernement réduit le budget réservé aux collectivités locales.

Si les résultats de l’étude de l’impact sont positifs et que le conseil municipal vote le placement des éoliennes, la loi exige qu’une enquête publique ait lieu. Pour nos trois communes, cette enquête sera effectuée en 2018 – au plus tôt en mars, au plus tard durant l’automne. Réalisée sous les auspices du département, elle concerne toutes les personnes vivant dans un rayon de 6 km autour des éoliennes prévues. Tous ses habitants – qu’ils soient français ou étrangers – peuvent faire savoir s’ils sont ou non d’accord avec le placement des éoliennes et pourquoi. Le résultat de cette enquête est ensuite soumis au préfet du département de l’Aisne en même temps que l’avis du conseil municipal. Au final, c’est le préfet qui décide du placement ou non des éoliennes.

À Nampcelles-la-Cour, le maire précédent a donné l’autorisation de réaliser l’étude d’impact. Le maire actuel a consulté ses habitants : une majorité d’entre eux s’est exprimée CONTRE l’implantation. Le maire et le conseil aussi sont unanimes CONTRE le placement des éoliennes. Cependant, parce que l’église doit être rénové de toute urgence et que l’argent nécessaire peut être arrangé grâce à la compensation financière de l’entrepreneur d’éoliennes, certains préconisent pour opter POUR le placement. Aucune décision finale n’a pas encore été prise pour l’instant.

Les maires de Coingt et de Dagny-Lambercy n’ont pas demandé leur avis aux habitants de leurs communes, ils ont fait eux-mêmes le choix POUR les éoliennes et autorisé l’étude d’impact. Renewable Energy Systems (RES), une entreprise internationale dont le siège se trouve en Angleterre, a effectué cette étude. Si le projet a lieu, c’est RES qui se chargera également de l’installation des éoliennes. Selon cette entreprise, le public peut consulter les résultats complets de l’étude à la mairie, mais uniquement le temps de l’enquête publique, autrement dit pendant quatre semaines. Par ailleurs, un soir par semaine durant cette période, un fonctionnaire du département est présent à la mairie : il répond aux questions des habitants et recueille les formulaires de l’enquête dûment complétés.

Les communes de Jeantes et de Bancigny sont CONTRE le projet, elles renoncent à l’argent offert et n’autorisent ni l’étude de l’impact ni l’installation éventuelle de conduits ni le transport de matériel sur leur territoire. En conséquence, aucune éolienne ne pourra être installée sur tout le territoire de Jeantes et de Bancigny – du moins pour l’instant. Mais en dépit de leur choix, ces communes risquent d’être confrontées aux éoliennes. En effet, si comme le veut le projet, trois éoliennes étaient installées à Coingt, celles-ci se retrouveraient exactement à la limite communale de Coutenval (= commune de Jeantes). Pour certains habitants de Coutenval, cela veut dire que les éoliennes seront à moins de 600 mètres ! Pour les habitants de Coingt, les éoliennes seront à une distance située entre 840 et 1350 m, pour ceux de Nampcelles-la-Cour, entre 670 à 1.160 m et pour ceux de Dagny-Lambercy entre 920 et 1500 m. Pour les communes de Bancigny, Plomion et Harcigny, la situation sera la même qu’à Coutenval : si les éoliennes sont mises en place à Nampcelles-la-Cour, les habitants de Bancigny et de Plomion auront un mât à moins de 1000 mètres de leurs habitations et ceux de Harcigny à 1750 mètres.

Le « capital » de la Thiérache

Le « capital » de la Thiérache aujourd’hui est façonné par son paysage idyllique des forêts, des rivières, des prairies vallonnées et ces champs bordés de bocages. Et à travers son histoire turbulente, matérialisée dans les nombreuses églises médiévales (églises fortifiées), petites mais impressionnantes parce qu’elles ont servi de forteresses. Un autre avantage, mais d’un ordre différent: les nuits bleu-noir avec des étoiles très claires, pas affectées par la lumière et la pollution de l’air. Enfin, la faune de la Thiérache est remarquable au cours des dernières années enrichies avec l’augmentation des oiseaux rares comme la cigogne noire, l’aigrette et la grue. En résumé, la Thiérache a le potentiel pour devenir un Parc Régional dans un proche avenir.

Beaucoup de Néerlandais et Belges s’installent en Thiérache. Ils viennent pour la nature, le calme et « l’authenticité » de la vie simple à la campagne française. Ils achètent une maison – souvent une ruine – pour la rénover dans un style original. C’est bon pour l’économie locale. Au cours des dernières années la Thiérache est découverte de plus en plus par des touristes étrangers, une tendance qui est renforcée. Plus de 10-25% des résidents des communes sont d’origine néerlandaise ou étrangère. Parmi ceux-ci, quelques-uns vivent en permanence, la plupart en résidence secondaire. Presque tout le monde fait un effort pour participer activement à la vie sociale de cette petite communauté villageoise française, qui apprécie à son tour. Nous pensons que c’est la réalité dans beaucoup de villages de Thiérache.

Quels sont les effets néfastes de l’implantation des éoliennes ?

Dans les communes de Coingt, Nampcelles-la-Cour et Dagny-Lambercy, les éoliennes qui devraient être placées sont de la plus lourde catégorie, avec une hauteur de près de 180 mètres. Elles dépassent de 105 m la cathédrale de Laon (75 m). En comparaison : les éoliennes de Montcornet ont « seulement » 120 m de haut.

La puissance de ces machines est telle que les personnes habitant dans leur environnement direct (de 600 à 1500 mètres) risquent d’être victimes de nuisances sonores. D’une part à cause du bruit produit par le mouvement mécanique des pales, et d’autre part en raison de ce que l’on appelle les infrasons – un son spécifique à basse fréquence – que l’on ne perçoit pas, mais qui peut être nuisible pour la santé. Pendant la journée, les sons environnants couvrent souvent le bruit des éoliennes. La nuit, on l’entend davantage et cela peut troubler le sommeil et provoquer des insomnies. Des études scientifiques ont révélé que le bruit des éoliennes est perçu comme plus perturbant que le bruit d’une autoroute ou le bruit des avions. Et c’est déjà le cas pour une très faible exposition au bruit. Dans certains pays comme la Suède, les normes en vigueur pour les zones rurales sont plus strictes que pour les zones résidentielles dans les villes.

De nombreuses preuves scientifiques démontrent que le stress résultant de nuisances chroniques ou du sentiment que les turbines éoliennes affectent la qualité de vie et celle de l’environnement, a une influence sur la santé et le bien-être des personnes vivant dans le voisinage. Entre la façon dont les gens perçoivent les éoliennes et les problèmes de santé, le degré de corrélation est élevé : autrement dit, si les gens acceptent les éoliennes, ils en sont moins gênés, et le contraire. Toutes les analyses le confirment. Par ailleurs, lorsque l’éolienne n’est pas visible, le bruit est perçu par les riverains comme moins gênant. Les avantages économiques dont une personne bénéficie et les troubles de santé sont également liés. Ainsi, les riverains qui bénéficient d’un avantage économique notable ressentent en général moins fortement les nuisances sonores. Ils ont aussi moins de problèmes de santé que les riverains auxquels les éoliennes ne profitent pas vraiment.

Parmi les nuisances causées par les éoliennes, il faut citer également la pollution lumineuse et la dégradation du paysage. La hauteur et les dimensions des éoliennes ont un impact énorme sur la sensation d’espace dans la campagne : on les voit sur des dizaines de kilomètres. Par ailleurs, l’ombre des pales et l’éclat des lampes sont une nuisance supplémentaire pour l’environnement immédiat. Le soir et la nuit, les turbines émettent en effet une lumière qui clignote. On peut se rendre compte de ce que cela donne avec l’antenne relais installée en 2015 à Landouzy-la-Ville : la nuit, par temps clair, presque toute la Thiérache peut la voir. Bientôt, ce ne sera pas une seule lumière clignotante que nous verrons, mais une multiplicité !

Les éoliennes constituent aussi une menace sérieuse pour la faune : pour les oiseaux, les chauves-souris et les insectes qui se retrouvent pris dans les pales. Des chercheurs ont établi que les grosses et hautes turbines causent beaucoup plus de victimes que les turbines moins hautes et moins puissantes. La Thiérache est d’autant plus vulnérable que de nombreuses voies migratoires la traversent. Par ailleurs, les animaux comme les hommes sont sensibles au bruit. On connaît l’histoire récente de ce paysan de Vervins dont les vaches ont cessé de produire du lait du jour où les éoliennes installées sur son terrain ont commencé à fonctionner. Finalement, il a dû cesser ses activités et fermer son exploitation.

La vue d’une éolienne avec des pales de 90 mètres dans le jardin, derrière ou devant chez soi, ce n’est pas ce que l’on peut appeler un beau panorama, et cela compte si l’on veut vendre sa maison. Des études scientifiques et la jurisprudence montrent que l’implantation de turbines aériennes entraîne une diminution de la valeur des biens immobiliers si elles se trouvent dans un rayon de deux kilomètres.

L’installation d’éoliennes nécessite aussi une modification importante des infrastructures dans le voisinage. Il faut en effet d’énormes fondations en béton pour supporter ces lourdes turbines. Tout cela entraine des nuisances du fait des énormes travaux dans les villages et aux alentours durant une longue période de travaux, plus d’un an au total. Des dommages économiques peuvent également être causés par tous ses traveaux.

Enfin, de nombreuses études ont montré que la venue (possible) d’éoliennes peut être la cause de tensions sociales dans les petites communautés villageoises. Les relations entre les partisans des éoliennes et ceux qui y sont opposés se détériorent, des voisins ne se parlent plus, des groupes d’amis et même des familles ne veulent plus se voir.

Les alternatives

Sur le plan juridique, il s’agit de contrats privés entre une entreprise (multinationale) du secteur éolien et quelques propriétaires terriens, qui en bénéficient financièrement, mais avec des conséquences négatives considérables pour les espaces publics et la qualité de vie de nombreux habitants de la Thiérache. Le système actuel qui donne libre champ aux entreprises a pour conséquence une croissance incontrôlée des éoliennes : là où c’est possible, on les installe. à notre avis, cette évolution n’est pas souhaitable. Le département devrait contrôler davantage la situation pour éviter une prolifération de ces éoliennes qui produisent des nuisances sonores et portent atteinte aux paysages de la Thiérache et à son patrimoine historique et culturel. On pourrait y remédier en installant par exemple de petits parcs éoliens sur les confins de la Thiérache (comme c’est déjà le cas à Montcornet), à bonne distance des habitations. De cette façon, les riverains n’auraient plus à souffrir de nuisance sonore directe et il n’y aurait pas de dégradation du paysage.

Par ailleurs, nous plaidons pour une politique départementale qui soutienne et favorise une production énergétique centralisée et décentralisée via les panneaux solaires dans la Thiérache. Une telle politique rendrait les éoliennes superflues dans l’avenir, et même dès aujourd’hui. Le gouvernement du président Macron a décidé de débloquer 15 milliards d’euros durant les cinq années à venir pour remplacer les énergies fossiles par une énergie durable. Plusieurs fonds de subventions ont été créés à cet effet. Les entreprises et les particuliers peuvent y faire appel. Le projet en est encore au stade expérimental et seules l’Île-de-France et la Picardie ont été sélectionnées pour l’instant. Pour le département de l’Aisne, c’est à notre avis le moment idéal pour investir ces subventions dans les panneaux solaires, une parfaite alternative aux éoliennes qui polluent l’horizon et provoquent des nuisances sonores.

À plus long terme, nous sommes d’avis que le département et les habitants devraient œuvrer pour la reconnaissance d’un statut protégé de la Thiérache comme Parc Régional en raison du caractère unique de ses paysages, de son calme et de ses espaces – un bien de plus en plus rare ! – en raison aussi de la richesse de sa flore et de sa faune, et de la valeur culturelle et historique de ses monuments (notamment les petites églises fortifiées).

La Thiérache deviendra-t-elle dans un proche avenir un Parc Régional ou une zone industrielle d’éoliennes ?

La réponse à cette question est en partie entre vos mains. Vous pouvez faire entendre votre voix !

Que pouvez-vous faire pour empêcher  le placement de ces éoliennes ?

Participez à l’enquête publique !

Si vous habitez dans un rayon de 6 km du projet éolien et si vous habitez à Coingt, Nampcelles-la-Cour, Dagny-Lambercy, Harcigny, Plomion, Bancigny, Jeantes, Saint-Clément, Besmont, Iviers, Vigneux-Hocquet, Cuiry-lès-Iviers, Dohis, Hary, Renneval, Morgny-en-Thiérache, Braye-en-Thiérache ou Thenailles, vous pourrez donner votre avis lors de l’enquête publique qui aura lieu en 2018. Cette enquête organisée par le département se fera à la mairie de votre commune.

Signez la pétition !

Par ailleurs, nous lançons une pétition en ligne contre l’implantation de 9 éoliennes à Coingt, Nampcelles-la-Cour et Dagny-Lambercy. Tous les habitants de la Thiérache et même au-delà peuvent signer cette pétition, et non pas seulement les habitants de ces communes. Vos données personnelles sont protégées et ne seront pas divulguées : les noms des signataires ne seront transmis qu’à monsieur Nicolas Basselier, préfet du département de l’Aisne.

–––––––––––––––––––––––––––––––––

Pas d’éoliennes dans la Thiérache !

Le signataire de cette pétition déclare être :

POUR une énergie propre et durable dans la Thiérache ;

POUR la protection de la qualité de vie et de résidence de tous les habitants de la Thiérache, en particulier ceux des communes de Coingt, Nampcelles-la-Cour, Dagny-Lambercy, Harcigny, Plomion, Bancigny et Jeantes, menacés par l’installation possible de très lourdes éoliennes dans leur environnement immédiat, à moins de 1000 m de leurs habitations – avec pour conséquence des nuisances sonores, une pollution lumineuse, une dégradation de l’horizon, des problèmes de santé et une diminution de la valeur immobilière de leurs habitations ;

POUR la protection du magnifique paysage, de la faune et du patrimoine historique et culturel de la Thiérache qui seraient irré-médiablement détériorés et / ou détruits par l’installation d’éoliennes ;

POUR une gestion renforcée du département de l’Aisne en ce qui concerne la politique d’implantation des éoliennes, afin d’éviter et de limiter la prolifération incontrôlée de ces turbines dans la Thiérache ;

POUR la promotion de l’installation de panneaux solaires comme alternative durable à la pollution de l’horizon et aux nuisances sonores que constituent les éoliennes ;

POUR l’octroi d’un statut de zone naturelle protégée à la Thiérache comme Parc Régional.

Signez ici la pétition !

Pour rester informé au courant des derniers développements sur ce projet, abonnez-vous à notre blog.